Cancer : 5 régimes dangereux à ne pas suivre

Jeûne, régime cétogène, régime végétarien, sans protéines… Quels sont les effets des différents régimes sur le cancer ? Quelles sont les règles alimentaires à respecter pendant un traitement anticancéreux pour ne pas se mettre en danger ? Le point sur les régimes à éviter pendant un cancer, avec les explications du docteur Bruno Raynard, chef de l’unité transversale diététique et nutrition de Gustave Roussy. 

Publicité
Publicité

Quelle alimentation pendant un cancer ?

© Adobe StockÀ l’annonce d’un cancer, à la mise en place d’un traitement et tout au long de ce traitement, faut-il respecter des règles alimentaires particulières ? "Non, il n’y a pas besoin de mettre en place une alimentation particulière pendant un cancer . En revanche, il faut à la fois tenir compte des goûts et des habitudes alimentaires de la personne et essayer d’ avoir le moins de restriction possible ", nous répond le docteur Bruno Raynard, chef de l’unité transversale diététique et nutrition de Gustave Roussy , premier centre européen de lutte contre le cancer.

Deux points importants :

Publicité

- Maintenir une alimentation variée pour éviter les carences nutritives.

- "Ne pas accumuler les listes d’aliments interdits" précise le médecin. " Il ne faut interdire aucun aliment à un patient en cancérologie, sauf dans des cas très particuliers. On lui conseillera plutôt d’observer ce qui peut aggraver ou améliorer les symptômes. Par exemple, si le patient souffre de diarrhée, au lieu de supprimer tels aliments, le médecin pourra demander au patient de noter les réactions : s’il voit qu’en cours de traitement, à chaque fois qu’il mange des haricots verts, il a trois fois plus de selles, il pourra limiter la consommation de cet aliment" détaille le docteur Raynard. A l’inverse , le médecin conseille de ne pas obliger un patient en cancérologie à consommer tel ou tel aliment. En effet, "cette technique aurait plutôt tendance à augmenter la vitesse à laquelle un patient se dégoûte d’un aliment", déplore le spécialiste.

Jeûne et cancer : "Un risque de perte de chance"

"Pendant un cancer, le jeûne ne sert à rien dans l’état actuel des connaissances. Il n’existe en effet aucune preuve scientifique d’un bénéfice du jeûne contre le cancer" avertit le docteur Raynard. Pourquoi ? Pour le moment, "la plupart des études scientifiques qui ont analysé le lien entre le jeûne et le cancer se sont déroulées en laboratoire, sur des cultures de cellules cancéreuses ou des animaux de laboratoire" explique la Fondation Belge contre le cancer sur son site internet. Il faut donc attendre d’avoir des résultats d’études chez l’humain pour savoir si le jeûne a un quelconque effet positif chez les patients souffrant de cancer. De plus , jeûner pourrait représenter un danger pour les patients en cancérologie : "Le jeûne peut donner de faux espoirs et, de surcroît, les patients risquent de perdre du poids, de la force et de la masse musculaire pendant les périodes de restriction. Or, toute perte de poids représente un risque pour le patient de moins bien supporter le traitement, ce qui affectera l’efficacité de la thérapie. Au final, une perte de poids représente une perte de chance pour le patient" déplore le médecin. Attention : "Au stade actuel des connaissances scientifiques, si vous êtes atteint d’un cancer, ne tentez en aucun cas une expérience de jeûne de votre propre initiative" avertit la Fondation Belge contre le cancer. Et, "pour les patients atteints de cancer qui se seraient engagés dans ces pratiques, une vigilance doit être apportée, en particulier par une évaluation et un suivi nutritionnel régulier" précise par ailleurs l’Institut national du cancer (Inca) dans une fiche d’information en ligne issue du rapport du réseau National Alimentation Cancer Recherche (NACRe).

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité