Allergie au cyprès : quelles solutions ?

Publicité

Si les allergies aux pollens sont connues du grand public, il est parfois difficile de reconnaître l’allergène en cause et les symptômes dont il est à l’origine. Même lorsqu’on a identifié l'allergie, il n’est pas toujours évident de réduire son impact sur notre quotidien. Découvrez quelques astuces à mettre en place pour vivre plus sereinement en étant allergique au cyprès.

Publicité

Allergie© Fotolia

L’allergie au cyprès : comment la reconnaître ?

Le cyprès est un arbre qui se plaît dans un climat méditerranéen : on le trouve donc surtout dans le sud de la France. Peu onéreux et facile à entretenir, cet arbre a fini par envahir peu à peu la région, compliquant ainsi la vie des allergiques aux pollens qui y résident. C’est lorsqu’il entre en période de pollinisation qu’il est le plus allergène, soit de mars à mai : gare alors aux allergies croisées, qui donneront lieu à des réactions allergiques face au genévrier de Ashe et au cyprès de l’Arizona. Les symptômes, quant à eux, sont ceux d’une rhinite allergique : nez bouché, démangeaisons oculaires et buccales, toux, asthme et éternuements chroniques.

Publicité
L’allergie au cyprès : comment réduire les symptômes ?

L’objectif étant de réduire le contact avec l’allergène, les mesures à prendre en période de pollinisation sont simples mais radicales : éviter d’aérer les pièces de la maison et privilégier l’air conditionné ; laver les vêtements et les cheveux après chaque sortie ; éviter toute promenade en extérieur et, lors des sorties obligatoires, porter des lunettes de soleil, un chapeau et couvrir les voies respiratoires grâce à un foulard.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité