Les deux médicaments qui augmentent le risque de fractures

Publicité

Après avoir comparé plusieurs types de traitements des scientifiques ont noté un risque particulièrement élevé de fractures chez les patients sous antidépresseurs et antidouleurs atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Publicité

Antalgiques et antidépresseurs ne feraient pas bon ménage chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Une nouvelle étude présentée au congrès annuel de la santé à San Diego qui se tient du 6 au 9 novembre 2017 explique que dans ce cas pathologique, ces 2 types de médicaments augmenteraient le risque de fractures liées à l'ostéoporose.

Un risque élevé après seulement 3 mois

"Les inflammations chroniques provoquées par la polyarthrite rhumatoïde entraînent des affections comorbides nécessitant parfois de prendre plusieurs médicaments", expliquent les scientifiques. Les chercheurs ont donc réuni plusieurs volontaires nécessitant une polymédication et les ont divisés en fonction de leur association de médicaments pour ensuite comptabiliser le risque de fracture pendant près de 6 ans. En tout 863 cas de fractures liées à l'ostéoporose ont été recensés.

Publicité

Selon les résultats comparatifs, le risque était particulièrement élevé chez les personnes sous antidépresseurs de la catégorie inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ( Paroxétine®, Citalopram®, Fluoxétine®...) et les antidouleurs opioïdes et ce seulement après 3 mois de traitement. Ces deux types de médicaments seraient associés à plusieurs cas de chutes ayant entraîné les fractures.

"Nos résultats devraient permettre de mieux guider les rhumatologues sur les types de médicaments à prescrire à leurs patients" concluent les chercheurs.

Publicité

Vidéo. L'ostéoporose en image

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité