Mycose vulvaire : les gestes à éviter

Publié le 23 Juin 2018 à 15h02 par La Rédaction Médisite
Vous souffrez de brûlures, de démangeaisons, de rougeurs, de pertes vaginales nauséabondes et abondantes ? Alors peut-être s’agit-il d’une mycose vulvaire, pathologie intime courante chez la femme. Quelles sont les causes d’une mycose vulvaire ? Quels gestes éviter ?

6748030-inline-500x383.jpg© Istock

Mycose vulvaire: les causes

La flore intime est fragile. Elle est notamment composée de lactobacilles dont le rôle est de protéger la muqueuse vaginale. L'équilibre de la flore peut être rompu en cas d’hygiène intime inadaptée tant par sa fréquence que par l’usage de produits agressifs, mais aussi en cas de certains traitements antibiotiques, de déséquilibres hormonaux (grossesse, ménopause) ou de diabète. Dès lors, il peut y avoir prolifération de champignons, le plus souvent de type Candida albicans.

Mycose vulvaire: les gestes à éviter

Pour éviter que ne se développe une mycose vulvaire, il importe de respecter certaines règles simples d’hygiène intime. Tout d’abord, il faut se limiter à deux toilettes intimes par jour, sans recours à un gant de toilette, véritable nid à germes. Ces toilettes ne doivent concerner que les lèvres, la vulve et le clitoris (surtout pas de douche vaginale). Par ailleurs, les lingettes intimes, les savons parfumés au pH trop éloigné du pH de la zone vulvaire sont à éviter. Enfin, l’épilation totale, en supprimant la barrière protectrice naturelle des poils, de même que le fait de s’essuyer d’arrière en avant aux toilettes, sont des facteurs de risques supplémentaires.Si malgré tout vous avez une mycose vaginale, vous pouvez la soigner avec un remède naturel: l’huile essentielle d’arbre à thé, antifongique. Appliquez 1 goutte d’huile essentielle sur la zone vulvaire 2 à 3 fois par jour jusqu’à guérison.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X