Moustique tigre : un cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne

Publié le 08 Juillet 2019 à 11h25 par Louise Ballongue, journaliste santé
Vendredi 5 juillet, la préfecture du Lot-et-Garonne a annoncé qu'un cas de dengue a été détecté. Des opérations de démoustication vont démarrer ce lundi.

Moustique tigre : un cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne© Istock

La préfecture de Lot-et-Garonne a communiqué sur le cas de dengue diagnostiqué ces jours derniers. La personne infectée, qui revenait de l'étranger, a séjourné sur les communes de Boé, Bon-Encontre et Pont-du-Causse, au sud d'Agen. Ce communiqué évoquait aussi l'opération de démoustication en place ce lundi, dans un rayon de 150 mètres autour des lieux où a été mise en évidence la présence du moustique tigre.

Une opération de démoustication mise en place à partir de lundi

À la suite de la confirmation d’un cas de dengue diagnostiqué chez une personne revenant d’un pays étranger, la préfecture a planifié "une série d’enquêtes menée par l’entreprise Altopictus pour le compte du Conseil Départemental de Lot-et-Garonne". Celle-ci a confirmé la présence de moustiques tigres potentiellement vecteurs de cette maladie, dans les communes concernées.

La préfète du département a annoncé le lancement d’une opération de démoustication dans un rayon de 150 mètres autour des lieux où a été mise en évidence la présence du moustique. Ce traitement des zones se déroulera du lundi 8 juillet au mercredi 10 juillet 2019.

Rappelons que si le moustique tigre pique une personne malade, il peut devenir porteur du virus et le transmettre à d’autres personnes par piqûre. La dengue se traduit par de fortes fièvres, des douleurs articulaires et de la fatigue. Dans un faible pourcentage de cas, elle peut être mortelle si elle prend une forme hémorragique ou se porte sur des organes vitaux.

Le Lot-et-Garonne est depuis août 2012, classé en niveau 1 du plan national anti-dissémination du Chikungunya, de la dengue et du zika. Ce niveau signifie que l'implantation du moustique est confirmée et active.

La cellule départementale de gestion du moustique tigre rappelle qu’il est important "de rester vigilant, en adoptant quelques gestes simples. Ils permettent de diminuer de 80% le risque de présence du moustique à proximité de son domicile, et donc de piqûre.”

Éviter la prolifération du moustique tigre

  • Limitez la prolifération en coupant l’eau. (Chaque femelle moustique tigre pond environ 200 œufs. Au contact de l’eau, elle dépose des larves.)
  • Éliminez les endroits où l’eau peut stagner, à l’intérieur comme à l’extérieur : coupelles de pots de fleurs, encombrants, jeux d’enfants.
  • Vérifiez le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées des gouttières.
  • Couvrez les réservoirs d’eau : bidons d’eau, citernes, bassins avec un voile ou un simple tissu ainsi que les piscines hors d’usage.

Sachez reconnaître le moustique tigre

Comme de nombreuses espèces de moustiques coexistent, on peut parfois les confondre. Petits indices pour bien reconnaître le moustique tigre :

  • Il est très petit : environ 5mm, soit plus petit qu’une pièce de 1 centime, ailes et trompe comprises.
  • Il a des rayures noires et blanches sur le corps et les pattes. Il vit et pique le jour. Sa piqûre est douloureuse.

Se protéger contre les piqûres

  • Appliquez sur votre peau des produits antimoustiques. (Un répulsif cutané doit être choisi suivant la tranche d’âge et la population concernée.)
  • Portez des vêtements couvrants et amples.
  • Les bébés peuvent dormir sous une moustiquaire imprégnée.
  • Utilisez des diffuseurs d’insecticides à l’intérieur et des serpentins à l’extérieur.
  • Si possible, allumez la climatisation : les moustiques fuient les endroits frais.

Aucune mesure n'est efficace à 100% et c'est la somme de mesures individuelles et collectives qui permet de faire diminuer la transmission.

Si vous ressentez les symptômes suivants : fièvre brutale, douleurs musculaires ou articulaires, maux de têtes, larmoiements, éruption cutanée avec ou sans fièvre… consultez rapidement un médecin.

Évitez également de voyager dans des zones où le moustique est présent, en particulier si vous êtes enceinte. Le virus zika peut engendrer de graves anomalies du développement cérébral chez l’enfant.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X