Définition

La leucodystrophie de Krabbe porte le nom du pédiatre danois Knud Krabbe qui l’identifia en 1916. C’est une maladie génétique causée par le déficit d’une enzyme intervenant dans le catabolisme (phase du métabolisme de dégradation des composés organiques) d’un constituant lipidique majeur de la myéline, substance blanche qui enveloppe et protège les nerfs à la manière d’une gaine électrique.

Photo : structure d'un neurone montrant la myéline en jaune

Maladie de Krabbe : symptômes, espérance de vie, traitements© Creative Commons

Crédit : Seklet Originally taken from Us Federalists © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

La maladie se caractérise par une démyélinisation du système nerveux centra l et périphérique entraînant une atteinte neurologique.

Elle se manifeste dans 85 à 90 % des cas, durant les premiers mois de vie puis est rapidement progressive. Mais un début plus tardif, chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte, est possible.

La maladie de Krabbe fait partie des leucodystrophies, maladies génétiques orphelines dont le point commun est de détruire le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) chez les enfants et les adultes. 

Chiffres

La fréquence de la maladie de Krabbe qui atteint le système nerveux central semble être de l’ordre de 1 cas pour 100 000 naissances en Europe du Nord et de 1/125 000 dans le monde. Il s’agit d’une maladie rare, portée à la connaissance du grand public en France par l’histoire et le combat des parents du petit Ayden qui ont fondé une association. 

Photo : schéma du système nerveux central. 1- L'encéphale, 2- Le système nerveux central (SNC), 3- La moelle spinale

Maladie de Krabbe : symptômes, espérance de vie, traitements© Creative Commons

Crédit : This work has been released into the public domain by its author, Grm wnr. This applies worldwide. © CC/Domaine publique - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Central_nervous_system.svg

Symptômes

Symptômes de la forme infantile, avant un an

C'est la plus fréquente et elle comporte 3 stades :

  • Stade 1: irritabilité croissante, pleurs inexpliqués, sensibilité anormale aux bruits, au contact physique et à la lumière, fièvre. L’hypertonie (raideur anormale des membres) est précoce, le développement psychomoteur se stoppe, puis régresse.
  • Stade 2 : position en opisthotonos (rejet de la tête en arrière), flexion hypertonique des bras et des mains, extension des jambes et pieds, crises convulsives possibles, détérioration de la vision.
  •  Stade 3 : plus de réaction à la lumière et au bruit, disparition de la raideur.

Les premiers signes des formes adultes

Ils se manifestent généralement par :

  • une faiblesse ;
  • des troubles de la démarche ;
  • des troubles des sensations du toucher (avec sensation de brûlure) ;
  • une hémiplégie (paralysie d'une moitié du corps) ;
  • une perte de la vision avec ou sans neuropathie périphérique (atteinte des nerfs) ;
  • la régression des fonctions cognitives est variable et souvent absente dans les formes de l'adulte.

Causes

Il s’agit d’une maladie génétique dont la transmission se fait selon le mode autosomique (en lien avec les chromosomes) récessif. La maladie atteint donc également filles et garçons.

Lorsque les deux parents sont l’un et l’autre hétérozygotes (ils ont pour le gène un allèle normal et un allèle muté et ne sont pas malades), à chaque grossesse le risque est de :

  • 25 % d’avoir un enfant atteint de la maladie.
  • 50 % d’avoir un enfant hétérozygote (porteur sain).
  • 25% de ne pas être porteur de la maladie.

Facteurs de risques

Une maladie de Krabbe se développe lorsque les deux parents transmettent le gène défectueux à l’origine de cette maladie, à leurs enfants.

Photo : la maladie de Krabbe est une maladie génétique

Maladie de Krabbe : symptômes, espérance de vie, traitements© Istock

Personnes à risques

Les enfants biologiques de deux porteurs du gène en cause dans la maladie de Krabbe.

Durée

Cette maladie ne se guérit pas en l’état actuel de la médecine.

Contagion

Il s’agit d’une maladie génétique, qui n’est donc pas contagieuse.

Symptômes

Chez le bébé de moins d’un an, certains symptômes qui apparaissent le plus souvent entre le deuxième et le sixième mois, doivent amener à consulter un pédiatre :

  •  Des difficultés d'alimentation.
  •  Des cris inexpliqués.
  •  Une irritabilité extrême.
  •  Une fièvre sans signe d'infection.
  •  Une diminution de la vigilance.
  •  Des retards dans les étapes de développemen t.
  •  Des spasmes musculaires.
  •  Un mauvais contrôle de la tête.
  •  Des vomissements fréquents.

Maladie de Krabbe : quels sont les symptômes les plus révélateurs ?

Réponse du Dr Drouhin, pédiatre : 

"Certains symptômes comme l’irritabilité ou les cris sont fréquents chez les nouveau-nés. Ce n’est qu’associés à un symptômes plus spécifique, comme un mauvais contrôle de la tête par rapport à l’âge du bébé, par exemple, qu’ils doivent motiver des examens spécifiques »

Examens et analyses

Dans de rares cas d’antécédents familiaux, la maladie de Krabbe est diagnostiquée chez des nouveau-nés avec des tests de dépistage, avant que les symptômes n'apparaissent.

Existe-t-il un dépistage néonatal ? 

Dans certains états canadiens, un test de dépistage de la maladie de Krabbe fait partie d'un ensemble d'évaluations systématiques pour les nouveau-nés. Ce n’est pas le cas en France. "En Amérique du Nord, les tests effectués à la naissance, se justifient par une plus grande fréquence de la maladie, dans certaines régions où la consanguinité est plus forte", remarque le Docteur Drouhin.

En l’absence de dépistage systématique, ce sont les symptômes qui alertent et motivent une exploration médicale.

Tests de laboratoire

Un échantillon de sang et une biopsie (petit échantillon de peau) sont envoyés à un laboratoire pour évaluer le niveau d'activité de l'enzyme GALC. Un très faible niveau ou un niveau d'activité nul, peut indiquer la présence d’une maladie de Krabbe.

"Bien que les résultats aident le médecin à poser un diagnostic, le faible niveau d’enzyme ne permet pas de prévoir la rapidité et l’intensité avec laquelle la maladie peut progresser", souligne le Dr Drouhin, pédiatre.

Photo : un échantillon de sang peut indiquer une maladie de Krabbe

Maladie de Krabbe : symptômes, espérance de vie, traitements© Istock

Électroencéphalogramme (EEG)

Un EEG anomale peut renforcer l'hypothèse d'une maladie.

Tests d'imagerie

Le médecin peut demander de faire un ou plusieurs tests d'imagerie qui peuvent détecter la perte de myéline dans les régions affectées du cerveau. Ces tests comprennent :

  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM), une technologie qui utilise des ondes radio et un champ magnétique pour produire des images 3-D détaillées.
  •  La tomographie informatisée, une technologie de radiologie spécialisée qui produit des images bidimensionnelles.
  •  L’étude de conduction nerveuse, qui évalue la vitesse à laquelle les nerfs peuvent envoyer un message. Lorsque la myéline qui entoure les nerfs est altérée, la conduction nerveuse est plus lente.

Test génétique

Un test génétique peut être effectué avec un échantillon de sang pour confirmer un diagnostic.

Complications

La maladie de Krabbe nécessite une prise en charge adaptée, un suivi et une surveillance au long cours.

  • Chez les bébés, la maladie peut évoluer vers des contractures musculaires permanentes, l’absence de réaction à la lumière ou bruit, et le décès après quelques mois ou quelques années, le plus souvent avant deux ans.
  • Chez les enfants qui développent la maladie entre 1 et 8 ans la progression est variable. Leur espérance de vie est un peu plus longue, généralement entre deux et sept ans après le diagnostic. Un certain nombre de complications, infections, difficultés respiratoires, peuvent se développer dans les derniers stades de la maladie.
  • Les patients avec la forme adulte peuvent survivre plusieurs années après l'apparition des symptômes.

Traitements

Il n’existe pas de traitement spécifique de la maladie de Krabbe.

Les bébés diagnostiqués tôt et les patients atteints de formes de maladie plus tardives peuvent bénéficier de la transplantation des cellules souches hématopoïétiques, destinées à ralentir la progression de la maladie. La thérapie doit intervenir très précocement compte-tenu du mécanisme particulier de l’atteinte de la myéline dans cette leucodystrophie (groupe de maladies génétiques orphelines  qui détruisent le système nerveux central).

Quelles sont les perspectives thérapeutiques ?

D'autres options thérapeutiques (thérapie chaperon, thérapie de remplacement enzymatique, thérapie génique) sont actuellement à l'étude sur des animaux.

La génétique moléculaire va permettre de progresser dans la détermination des différents types de leucodystrophies. L'aide des familles atteinte par ce fléau constitue un apport capital pour l'identification des gènes en cause dans cette maladie.

Prévention

Le risque d’avoir un enfant porteur de la maladie de Krabbe, peut être évalué par des tests génétiques. Ils sont préconisés dans les cas suivants :

  • Les parents sont des porteurs connus.
  • Un ou les deux parents sont probablement porteurs d'une mutation du gène GALC à cause d'un antécédent familial connu de la maladie de Krabbe.
  • Un enfant de la fratrie est diagnostiqué avec une maladie de Krabbe. Dans ce cas, une famille peut envisager des tests génétiques pour identifier leurs autres enfants qui pourraient développer la maladie plus tard dans leur vie.
  • Si fertilisation in vitro, par des porteurs connus du gène, ils peuvent demander un test génétique avant l'implantation.

Sites d’informations et associations

Lueur-d-espoir-pour-ayden.fr/l-association.html
fondationletoutpourloo.org/
vml-asso.org/

 

Sources

orpha.net/consor/cgi-bin/Disease_Search.php?lng=FR&data_id=22&Disease_Disease_Search_diseaseGroup=Maladie-de-Krabbe&Disease_Disease_Search_diseaseType=Pat&Maladie(s)/groupes%20de%20maladies=Maladie-de-Krabbe&title=Maladie%20de%20Krabbe&search=Disease_Search_Simple