Ver solitaire (ténia) : comment s'attrape un ténia et s'en débarrasser ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLe ténia fait partie des parasites intestinaux les plus redoutés. Comment savoir si vous avez attrapé un ver solitaire ? Quels sont les aliments à éviter pour ne pas l'attraper ? Tour d'horizon des modes de contamination et de guérison avec le Dr Szmukler, médecin généraliste et infectiologue

Le ver solitaire ou ténia : qu'est-ce que c'est ?

Le ver solitaire est une maladie parasitaire. Elle est causée par un parasite du même nom, également appelé ténia (ou taenia). Hermaphrodite, plat et segmenté, il est issu de la famille des Taeniidae, et se développe dans les intestins humains à la suite d’une contamination via l’alimentation (viande ou poisson) mal cuite.

Le ver solitaire ou ténia : qu'est-ce que c'est ?© Istock

Une fois logé dans l’intestin grêle, le ténia peut y vivre des années et être à l’origine de divers troubles gastro-intestinaux. Cependant, dans certains cas, il peut rester des décennies dans le corps sans que la personne infectée ne s’en rende compte.

D’autres formes de ténia, des parasites intestinaux plus petits, affectent aussi les humains après un contact direct avec des animaux sauvages, de compagnie non ou mal vermifugés, ou la consommation de fruits et légumes souillés par les renards notamment. Plus grave, ce type de zoonose peut conduire à divers troubles pulmonaires ou encore neurologiques.

Il existe plusieurs types de ténia qui peuvent affecter l’homme : 

Le taenia saginata (ténia inerme) :

Ce ténia est transmis par la viande de bœuf.

Le taenia saginata (ténia inerme) :

Le taenia solium (ténia armé) :

Ce ver parasite se transmet via le porc.

Le taenia solium (ténia armé) :

L'hymenolepis nana (ténia nain) :

Tænia de très petite taille localisé dans les pays chauds, et notamment chez les enfants.

Le ténia échinocoque :

Ce ver se loge dans le foie et les poumons de l'homme. Les contaminations sont surtout recensées dans le nord de la France, mais elles tendent à se développer dans les autres régions. Deux formes sont particulièrement observées en France : l'échinococcose multiocularis (parasite du renard, plus présent au nord de la France) et l'échinococcose granulosus (parasite du chien, plus présent au sud de la France).

Le ténia diphyllobothrium latum (ténia du poisson) :

Ce ver est présent dans la chair de poisson d'eau douce.

Comment s'attrape le ver solitaire (ténia) ?

Le ténia est un parasite qui se trouve à l’état larvaire dans la viande de bœuf ou de porc. En France, seul le bœuf représente encore un risque avec le Taenia saginata, la forme de ténia dont l’hôte est le porc (Taenia solium) ayant été éradiquée. C’est lorsque la viande est cuite insuffisamment que le ténia survit et, une fois ingéré, il va se fixer dans l’intestin à l’aide des ventouses qui se trouvent dans sa partie supérieure, sur sa tête.

Il va se développer en se nourrissant d’une partie de la nourriture que mangera son hôte. Dès qu’il a atteint trois mois, il est en mesure de se reproduire et il va alors lâcher des œufs qui vont être évacués dans les selles. Les larves seront ensuite véhiculées par des hôtes intermédiaires (des bovins notamment) jusqu’à un nouvel organisme où le cycle de développement pourra se poursuivre.

Ver solitaire : combien de personnes touchées ? 

Le ténia du porc (ténia armé) et le ténia du bœuf (ténia inerme)

En France, chaque année, on dénombre près de 500 000 cas de contamination au ténia suite à la consommation de viande de bœu f. En revanche, les infestations liées à la viande de porc sont quasi inexistantes. En effet, les contrôles vétérinaires sont accrus car cet animal est souvent contaminé par le ténia.

Le ténia du poisson

Cette maladie parasitaire est très rare. Ces vingt dernières années, le nombre de personnes touchées reste faible. De 2011 à 2013, 6 cas ont été détectés en Haute-Savoie et 7 patients du CHU de Rennes ont présenté cette affection entre l’été 2016 et la rentrée 2018.

Échinococcose alvéolaire

Si elle reste peu répandue, l’échinococcose, transmise par les animaux sauvages ou de compagnie chassant des proies, est en augmentation en France depuis dix ans. Cette maladie parasitaire est due au développement dans le foie de la larve d'un petit ver (Echinococcus multilocularis). On compte environ 30 cas chaque année.

Quels sont les symptômes du ver solitaire ?

Le ténia du poisson et de la viande

S’il peut mesurer jusqu’à 10 mètres de long adulte, et vivre plus de trente ans dans l’intestin, la contamination par un ver solitaire peut être asymptomatique. Ce qui complique le diagnostic.

Toutefois, comme le précise le Docteur Ignace Szmukler, médecin généraliste et infectiologue, "la personne infectée retrouve parfois des œufs de ténia dans ses selles. Un symptôme à ne pas négliger qui doit pousser à consulter. Mobiles, les anneaux du parasite peuvent également se retrouver dans les draps ou sous-vêtements".

Comment savoir si on a un ver solitaire ? La personne contaminée par un ver solitaire peut rencontrer :

  • Des maux de ventre
  • Des pertes blanches au niveau des selles (elles correspondent aux anneaux du ver, ndlr)
  • Des diarrhées
  • Une constipation
  • Des maux de tête
  • Une perte d’appétit occasionnant un amaigrissement
  • Des éruptions cutanées

À noter : le ver solitaire peut parfois entraîner une fatigue importante, car il absorbe tous les nutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Il s’en sert pour développer sa chaîne d'anneaux et s’allonger. D’ailleurs, le ténia du poisson est souvent responsable d’une anémie, car il engloutit la vitamine B12.

Le ténia échinocoque

Les vers transmis par les animaux à l’homme (échinococcose) peuvent entraîner une toux chronique et des troubles neurologiques. S’attaquant aussi au foie, cette affection peut provoquer des douleurs au thorax, ainsi que des problèmes respiratoires. Il arrive que des kystes pulmonaires se forment. S’ils se rompent, cela peut provoquer une fièvre et de graves réactions allergiques.

Le ténia échinocoque

Causes du ver solitaire (ténia)

"La plupart du temps, une infection causée par le ténia est due à l’alimentation", précise le Docteur Szmukler.

La consommation de viande mal cuite (porcine via le taenia solium, mais surtout bovine via le taenia saginata) est la principale cause du ver solitaire. Les larves de ténia, au stade cysticerque, sont présentes dans les muscles des animaux et par conséquent, dans leur viande. En cas de cuisson insuffisante (tartare par exemple) le risque augmente. 

Le ténia du poisson

La consommation de poisson cru peut aussi favoriser l’ingestion de larves de ver solitaire. C'est pourquoi on retrouve souvent ce parasite dans les sushis.

Concrètement, le ténia du poisson (diphyllobothrium latum) évolue dans l’eau et donne naissance à des larves qui nagent librement, avant d’être ingérées par des microcrustacés.

"Ces derniers sont ensuite ingérés par des poissons, dans lesquels les larves deviennent infestantes", détaille le laboratoire pharmaceutique MSD.

Le ténia échinocoque (ou zoonoses)

Les animaux sauvages et de compagnie, sont aussi des hôtes de choix pour les vers solitaires. Ils peuvent alors les transmettre directement à l’homme. On parle d’échinococcose. Il est possible d’être contaminé par un chien ou un chat non vermifugé, qui chasse des proies (échinococcose granulosus) mais surtout par les animaux sauvages, notamment les renards (échinococcose multiocularis), eux-mêmes contaminés par les rongeurs qu’ils chassent.

Facteurs de risques du ver solitaire (ténia)

Il existe 4 principaux facteurs de risque :

  • La cuisson insuffisante des aliments 
  • Le fait de ne pas laver les légumes du potager 
  • Le contact avec des animaux sauvages 
  • L'absence de vermifugeage chez un chat ou un chien

Personnes à risque du ver solitaire 

Parmi les populations à risque, on retrouve : 

  • Les personnes voyageant dans des pays en voie de développement (aux normes sanitaires différentes) 
  • Les chasseurs en contact avec le gibier. Leur chien, manipulant les proies, peut également être une source de contamination 
  • Les amateurs de tartares de bœuf ou de poisson d’eau douce 
  • Les personnes immunodéprimées

Combien de temps dure un ver solitaire ?

Une infection au ténia peut passer inaperçue durant des années. Une fois le traitement commencé, "la situation peut se rétablir en quelques semaines", affirme le médecin généraliste et infectiologue. 

Le ver solitaire (ténia) est-il contagieux ?

Un humain porteur du ténia ne peut pas transmettre le parasite à un autre homme. La contamination se fait via un animal hôte. Les larves présentes sur les végétaux qu’il mange, se développent dans leurs muscles, atterrissant ainsi dans nos assiettes.

À noter cependant : Dans de rares cas, l’homme peut devenir un hôte intermédiaire du taenia solium s’il consomme de manière fortuite des œufs du parasite, présents dans les selles d’autres humains. Une fois ingérés, ils passent dans les vaisseaux sanguins pour se fixer sur les tissus musculaires ou cérébraux de l’individu. On parle alors de cysticercose humaine. Cette pathologie est grave et peut entraîner des troubles oculaires et neurologiques.

Par ailleurs, dans les pays en voie de développement, où les normes sanitaires sont différentes, les personnes porteuses du ténia peuvent c ontaminer l’environnement (potager et égouts). Libérés dans les selles, celles-ci souillent les végétaux absorbés par le bétail. Ce risque explique l’interdiction des engrais humains.

Cycle de contamination des ténias 

Cycle de contamination des ténias© Creative Commons

Source : Cysticercosis(French version).jpeg 13 mai 2007 https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9nia#/media/Fichier:Cysticercosis(French_version).jpeg

Qui, quand consulter ?

Dès l’apparition des symptômes, œufs ou anneaux dans les matières fécales, troubles digestifs… il faut consulter son médecin traitant.

À noter : si votre animal de compagnie est infecté par des vers, rendez-vous chez votre vétérinaire, puis chez votre médecin. Ce dernier pourra vous prescrire un potentiel traitement s’il estime qu’il y a un risque de contamination.

Complications du ver solitaire

Ténia du poisson et de la viande

Généralement, le ver solitaire est une affection bénigne. Il est rare que cette maladie engendre une appendicite ou une occlusion intestinale. En revanche, le ténia du poisson peut parfois être à l’origine d’une anémie, le parasite absorbant la vitamine B12 que son hôte consomme.

Les zoonoses dues à l’échinococcose

Le ténia dû à une échinococcose peut entraîner des troubles neurologiques et respiratoires, portant le nom d’hydatidose. En effet, cette maladie peut affecter les poumons et le foie voire les yeux et le cerveau.

La cysticercose

Autre complication à ne pas négliger malgré une fréquence très faible : la cysticercose humaine. Celle-ci est causée par la contamination d’œufs de Taenia Solium présents dans les matières fécales humaines. Là encore, des problèmes neurologiques peuvent survenir.

À noter : Chez les personnes immunodéprimées, les formes graves de parasitoses peuvent entraîner de sévères séquelles, voire le décès. 

Quel diagnostic du ver solitaire (ténia) ?

Il n’y a pas toujours de signes cliniques en cas de ténia.

  • Si le patient remarque des anneaux de ténia dans ses selles, sous-vêtements ou draps, le médecin pourra réaliser un examen sanguin. Au stade précoce de l’infestation, une augmentation des globules blancs éosinophiles peut être observée dans certains cas, comme dans beaucoup d’infections. "On pourra également réaliser une coproculture pour déterminer le parasite responsable et apporter le traitement adapté", détaille le docteur Szmukler.
  • En cas échinococcose, des tests sérologiques sont effectués. De plus, une IRM et un examen du liquide du kyste est réalisé.

Quels traitements contre le ver solitaire (ténia) ?

Les vermifuges humains : des médicaments destinés à traiter le ténia

Le plus souvent, le médecin prescrit un traitement antiparasitaire. "La TremedineÒ marche notamment très bien", précise le médecin généraliste et infectiologue. "Une seule prise suffit, que l’on répète 15 jours ou 3 semaines après". Une fois tué, le ténia est expulsé naturellement dans les selles.

L'albendazole : un médicament antiparasitaire pour éliminer les parasites intestinaux dus aux animaux

S’il s’agit d’une échinococcose, le patient devra suivre un traitement médicamenteux (albendazole). S’il a développé des kystes, il subira également une chirurgie pour les retirer.

À noter : Une autre technique repose sur la ponction du kyste par aspiration percutanée, avec emploi d’un agent scolicidal.

Comment éviter et prévenir la contamination par des vers solitaires (ténias) ?

Quelques gestes simples permettent de limiter une contamination par des ténias.

Pour prévenir une infection par le ténia, il est important de :

  • bien cuire ses aliments(nous vous expliquons comment juste en dessous) 
  • bien laver les fruits et les légumes avant de les consommer (ne pas consommer les fruits en forêt par exemple) 
  • vermifuger son chat ou son chien tous les trois mois 
  • bien se laver les mains après une sortie en forêt 
  • ne pas alimenter son animal de compagnie avec des abats crus 
  • ne pas toucher les animaux en forêt (notamment les renards)

À savoir : selon le type de vers, la congélation peut s’avérer efficace. En effet, si la congélation prolongée (-20 °C) ne permet pas de tuer les œufs d'échinocoques, elle est efficace contre les larves de ténia saginata et solium. Vous devrez laisser vos aliments au moins dix jours au congélateur.

Le conseil du Docteur Szmukler, médecin généraliste et infectiologue

"Le ténia touche surtout les adultes, le régime des enfants, notamment en bas âge, étant basé sur des aliments bien cuits. De leurs côtés, les tout-petits sont plus susceptibles d’attraper des oxyures. Il s’agit de petits vers blancs entraînant des démangeaisons anales nocturnes lorsque les femelles pondent leurs œufs en migrant vers l’anus. On en retrouve alors dans les selles ou sous-vêtements des enfants. Comment se retrouvent-ils dans leur corps ? Tout simplement via la terre, ou fruits et légumes souillés par des œufs d’oxyures, que les enfants portent à la bouche. Il est donc essentiel de brosser leurs mains après une balade au potager par exemple et de veiller à leurs différentes expérimentations gustatives. Ces vers sont extrêmement contagieux, et un traitement de toute la famille est souvent recommandé".

Ver solitaire : les aliments à ne plus manger crus !

La viande de bœuf 

Consommer de la viande crue de bœuf, comme dans un carpaccio, c'est prendre un risque vis-à-vis de ce ver. 

Comment bien la faire cuire ? Le mieux est de faire cuire à cœur tous les aliments carnés consommés. Une cuisson rosée ne suffira pas à vous débarrasser d'éventuelles larves dans votre viande de bœuf. 

Le poisson

Sushis, sashimis, makis et autres chirashi ont beaucoup de succès auprès des Français. Mais ces plats japonais sont à éviter. 

Comment bien la faire cuire ? Il faut   cuire la chair à cœur, au moins une minute à 60 °C. À l'arête, elle ne doit pas être rose.

À noter : En France, le contrôle de la viande de porc (à l'abattage) est obligatoire pour la recherche de cysticerque, et ne l'est pas pour la viande de bœuf. La congélation industrielle atteint des températures suffisantes pour tuer les cysticerques, mais pas les congélateurs familiaux.

Sites d’informations et associations

Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie

Centre de gastro-entérologie Versailles Europe