Hémorroïdes externes : les traitements

Publicité

Les hémorroïdes sont des veines situées dans la région anale. Lorsque celles-ci subissent une pression excessive qui occasionne une augmentation de sang et favorise ainsi un risque de rupture, on parle de crise hémorroïdaire. Il s’agit d’hémorroïdes externes quand elles se manifestent sous la forme de protubérances qui sortent de l’anus. Les causes peuvent être la constipation, le manque d’exercice physique, une grossesse, des facteurs héréditaires ou encore des relations sexuelles anales.

Publicité

© Fotolia

Soulager les hémorroïdes externes : entre bon sens et remèdes de grand-mère

Pour prévenir tout risque d’hémorroïdes externes, il est important d’avoir une bonne hygiène de vie et une alimentation saine. Il faut notamment consommer des aliments riches en fibres, boire beaucoup d’eau et ne pas manger de mets épicés. Au niveau vestimentaire, il faut éviter des vêtements serrés et préférer le coton au textile synthétique. Plus naturellement, il ne faut surtout pas se retenir quand on a envie d’aller aux toilettes.

Publicité
En cas d’apparition d’hémorroïdes externes, il est préconisé de prendre un bain chaud durant une vingtaine de minutes, cela peut diminuer sensiblement la sensation de brûlure et calmer les démangeaisons. L’utilisation d’huiles naturelles de coco ou d’aloe vera permet aussi de diminuer l’inflammation.

Des traitements médicamenteux diversifiés contre les hémorroïdes externes

Des phlébotoniques ou vasculotropes sont parfois prescrits. Ils augmentent la résistance de la paroi, évitant ainsi une rupture à l’origine d'une crise hémorroïdaire. Ils sont en général à base de plantes : ginkgo biloba, marron d’Inde, mélilot...

Des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou des corticoïdes (en cas de grossesse) sont aussi utilisés, mais ils n’ont pas les effets obtenus par les traitements locaux. Ces derniers sont constitués en général des pommades destinées à soigner les lésions causées par les hémorroïdes externes. Les basiques ont pour effet de décongestionner les veines et de protéger la muqueuse des selles qui peuvent aggraver la douleur. D’autres pommades, comportant des corticoïdes, ont en plus une action anti-inflammatoire qui peut être accompagnée d’anesthésiques de contact. Cela confère au traitement des propriétés antalgiques et permet de diminuer considérablement les démangeaisons. En dernier recours, l’acte chirurgical peut être proposé, mais il concerne à peine 10 % des cas.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité