Bébé : qu'est-ce que le test de Coombs ?

Publicité

La cause la plus fréquente d'anémie du nouveau-né est l'anémie hémolytique par incompatibilité rhésus fœto-maternelle. Pour la détecter, on utilise le test de Coombs.

Publicité

Qu'est-ce que l'anémie hémolytique du bébé et pourquoi fait-on un test de Coombs ?

L'anémie hémolytique du bébé est liée à une incompatibilité fœto-maternelle, le plus souvent à cause de rhésus différents. La mère est rhésus négatif et l'enfant rhésus positif. La mère développe des anticorps contre le rhésus positif. Ces anticorps vont ensuite détruire les globules rouges de l'enfant (hémolyse). Le risque est donc l'apparition d'une anémie profonde, avec un ictère (jaunisse) qui peut être grave et se compliquer de troubles neurologiques. La rate et le foie peuvent être augmentés de volume. Face à ce tableau, on pratique un test de Coombs direct qui revient positif : les globules rouges de l'enfant sont mis en présence des anticorps maternels (agglutinines irrégulières) ; les globules rouges sont alors détruits et forment une agglutination.

Que faire lorsque le test de Coombs est positif ?

Publicité

Lorsqu'un bébé nait avec une anémie et que le test de Coombs est positif, l'ictère apparait par élévation du taux de bilirubinémie. L'enfant doit alors être surveillé et, en l'absence d'amélioration, on peut pratiquer une exsanguino-transfusion. La plupart du temps, un traitement préventif par vaccin anti D est pratiqué après le premier accouchement lorsque la mère est rhésus négatif, pour détruire les anticorps anti-rhésus positif.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité