Accident vasculaire cérébral : les complications

Publicité

Un accident vasculaire cérébral (ou AVC) est provoqué par la baisse brutale du débit sanguin dans une zone du cerveau. Cette région n’étant plus irriguée, elle manque d’oxygène et, si rien n’est fait dans les plus brefs délais, les tissus cérébraux vont se nécroser et très rapidement entraîner la mort. Mais avant d’en arriver à cette extrémité, quelles sont, en cas d’accident vasculaire cérébral, les complications à redouter ? 

Publicité

Accident vasculaire cérébral : deux grands types

Il existe deux grandes catégories d’AVC : les accidents ischémiques et les accidents hémorragiques. Les premiers sont des infarctus cérébraux qui sont dus au blocage d’une artère cérébrale par un caillot sanguin ou une plaque d'athérome. Quant aux accidents hémorragiques, ils sont dus à la rupture d’une artère (en cas d’anévrisme par exemple).

Publicité
Complications des accidents vasculaires cérébraux

Les accidents vasculaires cérébraux peuvent entraîner une série de troubles en fonction du territoire du cerveau qui a été touché et de la rapidité de la prise en charge médicale. Mais les complications sont extrêmement variables puisqu’elles vont de la perte d’autonomie totale à l’absence complète de séquelles. Néanmoins, les troubles le plus souvent observés suite à un AVC sont une hémiplégie, une hypertension intracrânienne qui se traduit par des maux de tête, des nausées et une série de troubles : de la vision, de la conscience (tendance à somnoler ou crises de démence) et de la déglutition (responsables, dans un second temps, de problèmes respiratoires). Les AVC peuvent également générer des réactions inflammatoires au niveau des artères (vasospasme) et être à l’origine d’une épilepsie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité