Opération de la presbytie : quels sont les risques ?

L’âge avançant, la santé des yeux tend naturellement à s’étioler. La presbytie en est le parfait exemple. Pour lutter contre ce processus inéluctable, différentes opérations de la presbytie peuvent être envisagées. Sont-elles risquées ? Quel niveau de correction peut-on en attendre ?

Publicité
Publicité

© Istock

Opération de la presbytie : laquelle ?

Publicité

Résultant du vieillissement physiologique du cristallin, la presbytie entraîne des difficultés à voir de près. Pour y remédier, deux types d’opérations chirurgicales sont généralement préconisées, le choix étant fait par le chirurgien ophtalmologue en fonction du profil de son patient et de ses antécédents :

- les implants multifocaux : cette technique opératoire consiste à retirer les cristallins défectueux et à les remplacer par des implants ;

- le Lasik : il s’agit d’une méthode chirurgicale utilisant la technologie du laser pour redessiner la forme de la cornée, afin de favoriser deux zones distinctes : l’une pour voir de près, l’autre pour voir de loin.

Opération de la presbytie : quelles complications ?

Si ces deux interventions ne présentent pas de risques majeurs, elles peuvent toutefois s’avérer décevantes, concernant la correction apportée. La pose d’implants multifocaux, en effet, nécessite une période d’adaptation pendant laquelle le cerveau va devoir traiter plusieurs images en même temps. Dans certains cas, des troubles de la vision peuvent persister : halo lumineux, flou des contours, dédoublement… Ces complications peuvent également survenir à la suite d’une opération au laser. Celles-ci pourront néanmoins faire l’objet d’une reprise chirurgicale. En outre, le risque de sécheresse oculaire est assez important après une opération au Lasik, mais elle s’estompe avec le temps.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité