Quatre plantes médicinales à planter dans votre jardin

Publicité

La phytothérapie est en vogue, à la suite de tous les scandales sanitaires et autres procès mettant en cause des laboratoires pharmaceutiques. Seulement tout le monde n’a pas la chance d’habiter à côté d’une herboristerie… En êtes-vous sûr ? Car votre jardin peut devenir le meilleur allié de votre santé, si vous y cultivez des plantes médicinales ! 

Publicité

plantes médicinales© Fotolia

L’achillée millefeuille

Il est recommandé de choisir l’achillée millefeuille à fleurs blanches, dont les principes actifs sont les plus intéressants. Cultivez-la à un endroit très ensoleillé, sur un sol un peu acide. Récoltez ses fleurs et ses feuilles et faites-les sécher. En infusion, elle stimule l’appétit, soulage les petits problèmes digestifs et les douleurs menstruelles. Buvez cette tisane froide, trois fois par jour et entre les repas. Des compresses de cette infusion froide permettent d’atténuer les inflammations de l’épiderme et les blessures – veillez cependant à ne pas les appliquer sur des plaies ouvertes.

Publicité
La mélisse

Cette plante médicinale, utilisée dans la pharmacopée traditionnelle, se cultive dans un endroit un peu ombragé ou ensoleillé. Il peut être nécessaire de la protéger du froid en cas de fortes gelées. Ce sont ses feuilles et fleurs séchées qui sont utilisées en infusion. Elle soulage les coliques de bébé, les crises d’angoisse, les troubles du sommeil et les problèmes digestifs mineurs. Des compresses d’infusion froides permettent de lutter contre l’herpès labial.

L’ortie

Eh oui, cette "mauvaise herbe" possède bien des vertus pour notre santé, qui en font une plante médicinale indispensable dans notre jardin. Veillez à la cultiver dans un coin de votre potager où vous pourrez maîtriser sa propagation naturelle. Comme dans le cochon, tout est bon dans l’ortie :

- vous pouvez utiliser ses racines séchées en décoction, trois à quatre fois par jour, pour améliorer la miction en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.
- les fleurs et feuilles séchées en infusion trois fois par jour permettent de soulager les inflammations des voies urinaires, les douleurs dues aux rhumatismes et à l’arthrite, les calculs rénaux et la rhinite allergique.

Le souci

Outre ses vertus thérapeutiques, le souci a aussi l’avantage d’embellir votre jardin. Il faut récolter les fleurs au fur et à mesure de leur floraison, et les laisser sécher sur une grille. On peut le consommer tout simplement en agrémentant nos salades de quelques grammes de fleurs séchées, ou préparer des infusions – sans dépasser deux semaines de traitement –, pour soulager les problèmes menstruels, digestifs ou hépatiques. L’infusion de souci refroidie s’emploie aussi sur des compresses pour atténuer l’eczéma, les ulcères variqueux, les abcès, les brûlures, les inflammations de l’épiderme. Un gargarisme effectué avec l’infusion refroidie permet de soulager les inflammations des muqueuses de la gorge et de la bouche.

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité