Douche vaginale et mycose : le lien

La douche vaginale est une pratique liée à certaines formes d'éducation. Elle se fait à l'aide d'une canule introduite dans le vagin et peut être à l'origine de mycoses récidivantes.

Publicité
Publicité

© Istock

Comment se pratique la douche vaginale ?

Selon certains modes d'éducation, la toilette intime doit comporter la douche vaginale, afin d'éliminer les pertes blanches ou le sperme après les rapports sexuels. Les femmes qui la pratiquent pour leur hygiène intime quotidienne utilisent une canule ou une poire pour instiller de l'eau et éventuellement une base lavante au fond du vagin. Ce geste n'a aucune vertu contraceptive, et le risque infectieux bactérien et mycosique est aggravé.

Publicité
Pourquoi la douche vaginale provoque-t-elle des mycoses ?

La douche vaginale a pour effet de déséquilibrer la flore vaginale naturelle en modifiant le pH du vagin. En diminuant l'acidité vaginale, cette hygiène vaginale permet aux bactéries et aux champignons, qui peuvent se trouver à l'extérieur du vagin, de s'y développer au lieu d'y être détruits. De plus, le flux de l'eau de l'extérieur vers l'intérieur permet aux germes présents sur la peau de remonter dans le vagin. L'utilisation de savons à pH alcalin aggrave encore plus cette situation. Les femmes utilisant la douche vaginale présentent des mycoses vaginales quasiment en permanence, et celles-ci deviennent de plus en plus résistantes aux traitements. Cette pratique, déjà de moins en moins répandue, devrait disparaître car le vagin n'a pas besoin d'être lavé, son acidité doit rester constante.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité