Grippe : à quoi servent les traitements anti-inflammatoires

Les épidémies de grippe touchent la France chaque année au cours de l'hiver. Plus de 10 000 personnes sont décédées des suites de la grippe entre 2016 et 2017, dont 90 % étaient des sujets de plus de 75 ans. Les traitements anti-inflammatoires, comme le kétoprofène et l'ibuprofène, ont-ils de nos jours un intérêt dans le traitement de la grippe ?

Publicité
Publicité

5854390-inline-500x334.jpg© Istock

Qu'est-ce que la grippe ?

La grippe saisonnière est une infection virale très contagieuse, elle provient de la famille des virus influenza. Il existe 3 types de virus grippal, A, B et C. Les types A et B sont responsables des épidémies de grippe annuelle, une sous-catégorie du type A est responsable de la pandémie de 2009 (virus H1N1), le type C est rarement détecté. La grippe se manifeste par une forte fièvre, une toux sèche, des maux de tête et de gorge, des douleurs articulaires et musculaires. La grippe disparaît en une semaine sans traitement spécifique, mais peut être grave chez les personnes fragiles (personnes âgées, immunodéprimées, nourrissons...) en entraînant une détresse respiratoire.

Publicité

Les anti-inflammatoires ont-ils un intérêt dans le traitement de la grippe ?

De récentes études, menées par le National Taiwan University Hospital, indiquent que l'administration d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, kétoprofène, aspirine...) lors d'une grippe augmente le risque de crise cardiaque. L'agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que les anti-inflammatoires doivent être utilisés avec précaution chez les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque, car ils augmentent le risque cardiovasculaire. En cas de symptôme grippal, il est préférable de prendre du paracétamol pour soulager les douleurs et abaisser la fièvre. Un vaccin est également disponible, il doit être renouvelé chaque année à l'automne.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité