Pneumonie bactérienne

Pneumonie bactérienne : Symptomes

Les broncho-pneumopathies peuvent être également d’origine parasitaire ou mycosiques (champignons) dans le cadre d’une infection par le virus de l’immuno-déficience humaine (SIDA).

Des tumeurs, une embolie (blocage de vaisseaux sanguins par des caillots) ou un œdème du poumon (par insuffisance cardiaque) peuvent reproduire les symptômes d’une bronchopneumopathie.

Pneumonie bactérienne : Examens

La radiographie pulmonaire de face et de profil confirme le diagnostic clinique et peut servir d’examen de référence pour la surveillance ultérieure.

La prise de sang recherche l’augmentation des globules blancs ou d’anticorps spécifiques et peut mesurer la quantité d’oxygène disponible.

En cas de fièvre élevée, on peut pratiquer des hémocultures c’est-à-dire une recherche de bactéries dans le sang.

Dans certaines circonstances, notamment chez certains patients fragiles, il peut être nécessaire de réaliser un examen au microscope des sécrétions bronchiques prélevées au cours d’une fibroscopie (examen des bronches sous anesthésie locale avec un fibroscope souple).

Pneumonie bactérienne : Traitements

- Pour les bronchites aigues :

Souvent d’origine virale, les antibiotiques ne sont pas systématiques dans ce type de bronchite. Le traitement repose sur la kinésithérapie respiratoire et les aérosols de médicaments dilatant les bronches.

- Pour les pneumopathies :

Un traitement précoce permet de limiter l’extension et la gravité de la maladie. Il repose généralement sur les antibiotiques pendant 10 à 15 jours. Seul les germes bactériens sont accessibles à ces traitements, les virus n’ont pas, pour leur part, de traitement spécifique.

Un traitement symptomatique agissant sur la fièvre et les douleurs thoraciques est également utile.

Une kinésithérapie respiratoire permet de favoriser l’expectoration et s’associe à l’évacuation d’une éventuelle pleurésie.

Chez certains patients (insuffisants respiratoires chroniques, par exemple), une vaccination contre le virus de la grippe ou contre le Pneumocoque est recommandée.

En cas d’atteinte plus grave, l’hospitalisation en réanimation permet la ventilation artificielle qui aide le poumon pendant la période aiguë.

Que devez vous faire ?

Avant tout éviter le tabac actif et passif.

Poursuivre le traitement antibiotique pendant toute la durée prescrite, même si les symptômes disparaissent en quelques jours.

Consulter dès le début de la maladie en cas d’affection respiratoire chronique (bronchite chronique ou asthme par exemple).

Août 2006

Pneumonie bactérienne : Evolution

Sous traitement adapté, la guérison des symptômes est rapide en quelques jours. L’amélioration de la radiographie pulmonaire est plus lente (1 mois environ) et confirme l’efficacité du traitement.

Des complications sont possibles :

- Abcès du poumon qui correspond à une collection de pus dont le diagnostic est confirmé par la radiographie.

- Comblement de la plèvre par du liquide purulent (pleurésie) qui nécessite une évacuation par piqûre ou drainage.

- Septicémie : c’est le passage de germes dans le sang avec pour point de départ l’infection pulmonaire. Elle peut être suffisamment grave pour nécessiter des soins en réanimation.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité