Intoxication alimentaire

Intoxication alimentaire : Définition

L’intoxication alimentaire est due à l’absorption d’un produit contenant une substance toxique. Les intoxications alimentaires les plus fréquentes sont les toxi-infections liées à la présence d’une toxine bactérienne contenue dans un aliment lors de sa consommation. Les diarrhées aiguës sont très fréquentes, bénignes dans la très grande majorité des cas. Leur gravité est surtout liée à la perte hydrique (avec risque de déshydratation) et au terrain (d’autant plus grave que survenant chez des malades fragiles).

Publicité
Intoxication alimentaire : Causes

Les intoxications alimentaires les plus fréquentes sont les toxi-infections liées à la présence d’une toxine bactérienne contenue dans un aliment lors de sa consommation. Une cuisson ou la conservation insuffisante ou inadéquate, l’hygiène déficiente ou la négligence des dates de péremption.

Intoxication alimentaire : Symptomes

Période d'incubation (délai entre le contact avec le germe et la première apparition des symptômes) variable suivant les germes. Sensation de malaise parfois intense, accompagnée de sueur et de chaud-froid, parfois de fièvre. Nausées et vomissements d'apparition brutale et d'intensité variable suivant les individus. Douleurs abdominales, douleurs gastriques (au niveau de l'estomac) Diarrhée. En cas d’infection à Salmonelle non typhiques, due à l’ingestion de viande de volaille souillée, une fièvre élevée (39°-40°), une diarrhée aiguë sanglante et des douleurs abdominales intenses.

Intoxication alimentaire : Prévention

Le moyen essentiel de prévention des diarrhées aiguës bactériennes repose surtout sur la sécurité alimentaire. Il ne faut pas ingérer des aliments ayant un aspect douteux. Se laver les mains avant chaque repas. En zone tropicale, il est nécessaire aussi de laver tous les aliments avec de l’eau purifiée et ne pas consommer de l’eau du robinet. En cas de diarrhée aiguë traînante, ou de diarrhée aiguë avec des signes de gravité (déshydratation, selles sanglantes, fièvre élevée persistante, douleurs abdominales intenses...), il faut consulter son médecin traitant. Et ne pas pratiquer l’automédication avec des antibiotiques.

Intoxication alimentaire : Examens

Habituellement aucun examen complémentaire n’est nécessaire. Cependant si la diarrhée persiste plus de 3-5 jours associée à une forte fièvre ou chez un patient immunodéprimé, il est indiqué de réaliser une coproculture. On recherche au microscope la présence de bactéries. Puis, systématiquement les selles sont mises dans un milieu spécial qui favorise la croissance des bactéries et permet leur identification au bout de quelques jours. Dans les diarrhées aiguës sanglantes, il faut réaliser une coloscopie. En cas de déshydratation, des examens sanguins simples permettent de quantifier l’intensité de la perte hydrique et aident à la décision thérapeutique.

Intoxication alimentaire : Traitements

Le traitement est essentiellement basé sur les ralentisseurs du transit intestinal et l’hydratation. L’hydratation se fait par voie orale quand cela est possible (absence ou peu de vomissements). Il est parfois nécessaire de réhydrater par voie intraveineuse en milieu hospitalier. La plupart du temps les antibiotiques sont inutiles car la diarrhée disparaît spontanément et la bactérie est déjà morte. Lorsque l’infection est virale, les antibiotiques sont inactifs. Un risque de sélection bactérienne, due à la destruction par les antibiotiques des bactéries sensibles produit des bactéries résistantes. Ce qui peut avoir de graves conséquences dans l’avenir

Intoxication alimentaire : Evolution

L’évolution est bénigne dans la très grande majorité des cas. Chez les sujets âgés ou chez les patients très affaiblis, une déshydratation peut nécessiter une hospitalisation.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité