Dépression saisonnière

Dépression saisonnière : Définition

Avec la fin des beaux jours, le phénomène de changement des saisons se traduit chez de nombreuses personnes par le symptôme bien connu de la 'dépression saisonnière' ou dépression hivernale. C’est une des formes des troubles dépressifs.

Publicité
Dépression saisonnière : Causes

Bien que la dépression saisonnière fasse l’objet d’études et de recherches depuis plus d’une vingtaine d’années, elle demeure toujours, pour partie, une énigme. Il est vrai que la chute de la luminosité due à l’arrivée de l’hiver nous affecte tous d’une certaine façon. En règle générale, nous prenons tous du poids en hiver, nous mangeons plus, nous nous dépensons moins physiquement. Toutefois, certaines personnes peuvent vivre cette période de l’année sans problème majeur, d’autres seront modérément affectées, tandis que pour d’autres enfin ce sera l’occasion d’une véritable dépression. 75 à 80 % des sujets atteints sont des femmes.

Dépression saisonnière : Symptomes

Cette dépression peut se manifester de deux façons. D’abord sous une forme atténuée, appelée plus couramment 'blues de l’hiver' et est appelé à durer plusieurs mois. La dépression hivernale peut aussi se manifester de façon beaucoup plus sévère. Les symptômes sont alors les mêmes que ceux d’une dépression majeure : besoin excessif de sommeil, fatigue chronique, manque général de dynamisme, d’intérêt et de motivation, prise de poids, manque de concentration ... Enfin, elle apparaît régulièrement aux environs du mois d’octobre pour disparaître aux environs des mois de mars ou avril. Ce cycle dépressif se répétera l’année suivante aux mêmes périodes.

Dépression saisonnière : Prévention

Pour prévenir la dépression saisonnière, il est conseillé de prendre l’air au moins une heure par jour, voire plus quand il ne fait pas beau. La lumière extérieure ayant plus d’effets que l’éclairage intérieur. Il faut aussi veiller à laisser entrer le plus possible la lumière dans sa maison. Enfin, il faut avoir une alimentation équilibrée pour éviter une carence en vitamines, qui pourrait s’ajouter au manque de lumière et amplifier les symptômes de la dépression.

Dépression saisonnière : Examens

Seule une consultation chez son médecin traitant ou chez un psychiatre permet de poser le diagnostic de la dépression saisonnière.

Dépression saisonnière : Traitements

- La luminothérapie (ou photothérapie) est un traitement simple et médicalement éprouvé pour lutter contre la dépression saisonnière. Le traitement est le plus souvent pratiqué sur une période de 3 semaines et peut être suivi en hôpital, en clinique, ou à domicile. Les lampes de luminothérapie - que l’on trouve couramment dans le commerce - sont des appareils électro-médicaux, réglementés par une directive européenne. Généralement, une demi-heure d’exposition à la lumière permet de resynchroniser l’horloge biologique.

- Le simulateur d’aube (en complément de la luminothérapie) permet une régulation sur le long terme des rythmes biologiques, et une amélioration du sommeil. Il produit un accroissement de l’énergie et une amélioration de l’humeur pendant la journée. Ses effets thérapeutiques ont été cliniquement éprouvés.

- L’exercice physique et une exposition fréquente à la lumière du jour sont deux des choses les plus saines qu’il soit possible de faire.

- Avoir des heures de sommeil et de réveil régulières est la meilleure manière de renforcer de bonnes habitudes circadiennes.

Dépression saisonnière : Evolution

La dépression saisonnière disparaît en général aux alentours du mois d’avril. Pour les sujets traités par la luminothérapie, les premiers résultats apparaissent au bout de quatre jours. A la fin du traitement, les données médicales font ressortir globalement des résultats bénéfiques chez plus de 80 % des patients.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité