Alopécie

Alopécie : Définition

L’alopécie est une absence de cheveux sur tout ou partie du cuir chevelu. Le terme vient de alopex (renard), cet animal perdant ses poils annuellement. On distingue différentes formes d’alopécie:

Publicité
- l’alopécie diffuse (la plus courante), sous forme aiguë ou progressive ;

- l’alopécie congénitale, très rare ;

- l’alopécie circonscrite : soit sur le haut du crâne dans l'alopécie androgénétique par exemple, soit par plaques dans la pelade ou les teignes notamment.

Alopécie : Causes

La perte de cheveux peut être soit brutale, soit progressive.

- L’alopécie progressive - prédominant sur le haut du crâne et chronique - est l’alopécie androgénique de l’homme qui avance en âge. Elle apparaît parfois tôt vers 20 ans. Elle est aussi possible chez la femme, notamment après la ménopause. D’autres alopécies diffuses progressives peuvent êtres liées à d'autres pathologies : pelade, syphilis, troubles endocriniens, troubles métaboliques (anémie, régime amaigrissant…), trichotillomanie (tic consistant à se tirer les cheveux en les entortillant sur un doigt), brushing, permanente... Enfin, certains médicaments peuvent être mis en cause.

- Les alopécies brutales sont aiguës et apparaissent souvent lors d’un état de fatigue ou à la suite d’agressions, stress, infections fébriles (leptospirose, typhoïde…), opération, grossesse, accouchement, anesthésie générale, radiothérapie, chimiothérapie.

Alopécie : Symptomes

Chez l’homme, l’alopécie androgénétique s’attaque le plus souvent d’abord aux tempes pour s’étendre ensuite au sommet du crâne. Chez la femme, elle se localise uniquement au sommet du crâne. Le stade de dégarnissement et le degré évolutif sont évalués selon la classification Bouhanna chez l’homme et Ludwig chez la femme, chacune présentant 3 stades.

Alopécie : Prévention

Aucune, à part essayer d’éviter, dans la mesure du possible, les conditions favorisant les alopécies brutales décrites plus haut (fatigue, agression, stress, régime source de carences…).

Alopécie : Examens

Avant de déclarer qu’une chute de cheveux est anormale, les spécialistes du cuir chevelu réalisent plusieurs tests :

- le test de traction, manuel, est le plus facile mais n’autorise qu’une évaluation grossière ;

- le trichogramme, effectué au microscope, permet d’affiner le diagnostic ;

- le tractiophototrichogramme, un examen macrophotographique, confirme la pathologie avec précision.

Alopécie : Traitements

Les alopécies brutales et aiguës (effluvieum télogène) récupèrent le plus souvent spontanément (sauf en cas de cause décelée, qui doit alors être traitée : carence en fer, trouble thyroidien...).
Les traitements actuels, qu’ils soient médicaux ou chirurgicaux, ont fait de nets progrès.

1) Traitements médicaux

- En cas d'effluvium télogène sans cause décelable, le traitement repose sur la prise de compléments alimentaires composés de vitamines B et d'acides aminés soufrés.

- L'alopécie androgénétique peut être traitée à l'aide d'une lotion à base de minoxidilqui entraîne une repousse cosmétiquement valable chez 30 % des patients, hommes ou femmes. Ce traitement doit être appliqué à vie et reste contre-indiqué en cas de problèmes cardio-vasculaires et de grossesse. Chez la femme, un traitement hormonal est également possible, sous surveillance rigoureuse. Chez l'homme existe aussi un traitement bloquant les récepteurs hormonaux des cheveux, pris par voie orale, appelé finastéride

- En cas de dégarnissement important, le recours à la chirurgie est la seule alternative aux postiches et autres couvre-chefs.

2) Traitements chirurgicaux

Les techniques chirurgicales répartissent de façon homogène les cheveux persistants sur les régions clairsemées ou chauves. Elles sont nombreuses et sophistiquées: micro et minigreffes, lambeaux simples, réduction tonsurale et lambeau expansé. Sous anesthésie locale, la plupart des calvities masculines ou féminines trouvent ainsi une correction esthétique.

Les implants de cheveux artificiels ne se pratiquent plus.

3) Prothèse collée

C’est la solution pour les patients qui souhaitent éviter la chirurgie. La perruque doit être refixée tous les 2 mois et changée tous les 2 ans.

Alopécie : Evolution

L’évolution diffère de façon notoire d’un sujet à l’autre.

Alopécie : Sources

- Chute de cheveux, dermatonet.com

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité