Diabète insipide gestationnel : la définition

Diabète insipide gestationnel : la définition©iStock

Le diabète de type 2 ou non insulinodépendant est bien connu en raison des différentes campagnes de prévention. Il existe d'autres formes de diabète comme le diabète gestationnel et le, trop peu médiatisé, diabète insipide gestationnel.

Publicité
Publicité

Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?

On parle généralement de diabète pour désigner une maladie qui se traduit par un excès de sucre dans le sang. Le diabète de type 2 ou diabète non insulinodépendant touche plus spécifiquement les adultes et notamment les personnes obèses ou à l'alimentation déséquilibrée.
Le diabète gestationnel est proche du diabète de type 2 et apparaît quant à lui et comme son nom l'indique chez la femme enceinte par résistance à l'insuline. En cas de diabète gestationnel avéré, la surveillance médicale est de mise puisque la maladie peut favoriser les complications, à la fois chez le bébé et la maman : bébé de plus de 4 kg, hypoglycémie, hypertension artérielle gravidique, pré-éclampsie...

Publicité

Quelle différence avec le diabète insipide gestationnel ?

À l'inverse des diabètes mentionnés précédemment, le diabète insipide n'est pas un diabète sucré.
Le diabète insipide est lié à un dysfonctionnement au niveau des reins, entraînant lui-même une polyurie (urines abondantes) pouvant atteindre de 8 à 20 litres par jour et une soif excessive.
Le diabète insipide gestationnel (DIG) est donc un syndrome polyuro-polydipsique qui apparaît chez la femme enceinte en raison d'un déficit en hormone antidiurétique. Plutôt rare, il disparaît généralement dans les trois semaines après l'accouchement.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité