Vertige : un manque de fer ?

Vertige : un manque de fer ?

Les vertiges peuvent avoir de nombreuses et très diverses origines. Certains peuvent être dus à des cristaux dans les oreilles mais d’autres vertiges liés à un manque de fer seront consécutifs à une anémie. Par ailleurs, il existe des vertiges positionnels qui eux aussi ont une autre explication.

Publicité
Publicité

Types de vertiges

Il existe de nombreux types de vertiges bien que tous se traduisent plus ou moins par les mêmes symptômes et notamment une perte d’équilibre et un étourdissement. D’un point de vue strictement médical, on distingue trois grandes catégories : le vertige paroxystique positionnel (qui est sans gravité), la maladie de Ménière (due à une hyperpression du liquide présent dans l’oreille interne), la névrite vestibulaire (une infection virale). On différencie aussi les vertiges vrais (ceux qui viennent d’être évoqués) des faux vertiges.

Publicité

Les faux vertiges

Publicité
Les faux vertiges sont ceux qui sont dus à des causes extérieures telles qu’une faiblesse musculaire qui entraîne une perte d’équilibre, une hypotension orthostatique due à une chute de pression artérielle, au changement de position rapide, les émotions fortes (ou les grandes chaleurs) qui entraînent des syncopes, les migraines qui s’accompagnent de vertiges ou encore l’hypoglycémie. Il est également possible d’avoir un vertige en cas d’anémie, c’est-à-dire en cas de manque de fer dans le sang. Toutefois, en cas d’anémie, les vertiges ne sont pas les seuls symptômes. Ils s’accompagnent de signes cliniques évocateurs tels qu’une grande pâleur, de la fatigue, une faiblesse généralisée, un essoufflement à l’effort et des maux de tête.
Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité