Triméthylaminurie ou syndrome de l'odeur du poisson : la définition

Triméthylaminurie ou syndrome de l'odeur du poisson : la définition©iStock

La triméthylaminurie est une maladie orpheline peu connue du grand public. On l'appelle aussi "syndrome de l'odeur du poisson" en raison de son symptôme très caractéristique...

Publicité
Publicité

La triméthylaminurie, c'est quoi exactement ?

La triméthylaminurie est une maladie génétique orpheline due à une anomalie du gène impliqué dans le fonctionnement de l'enzyme FMO3. En d'autres termes, l'organisme du malade ne parvient pas à transformer correctement la TMA (triméthylamine) contenue dans certains aliments en TMAO (oxyde de triméthylamine). Problème : si le TMAO est inodore, la TMA sent en revanche très mauvais... Elle s'accumule dans le corps du malade avant d'être évacuée via la transpiration, l'expiration et les urines : le processus libère une odeur très forte, évoquant celle d'un poisson avarié. Il peut être empiré par les bouleversements hormonaux (ex. : pendant les règles, après la ménopause).

Publicité

Quelles sont les conséquences de la triméthylaminurie ?

La mauvaise transformation de la TMA n'est pas dangereuse pour la santé. En revanche, elle peut avoir de lourdes répercutions sur la vie sociale et sur le moral des malades : les risques de dépression, voire de tentatives de suicide sont réels, surtout dans les cas plus graves. Il n'existe pas de traitement curatif à ce jour, mais il est possible de réduire l'odeur corporelle par un régime alimentaire spécifique, limitant les apports en triméthylamine (ou de ses précurseurs) : il faut par exemple éviter de manger des œufs, des fruits de mer, des arachides, du poisson, du chou-fleur, des haricots... Le soutien d'un psychologue peut aussi être utile pour mieux supporter la triméthylaminurie.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité