Cancer du pancréas : les symptômes en phase terminale

Publicité

Les symptômes du cancer du pancréas en phase terminale peuvent être différents des symptômes existants en phase débutante. En effet, l'état général du patient va en s'aggravant, le cancer gagne de nouveaux organes (métastases) et la maladie prend progressivement le dessus jusqu'à aboutir au décès. Le point sur ce processus inexorable.

Publicité

cancer pancréas© Fotolia

Le cancer du pancréas et ses symptômes

Le pancréas est un organe primordial chargé de la régulation du taux d'insuline dans le sang, il aide également à la digestion en produisant du suc pancréatique. Le pancréas, en délivrant l'insuline, permet de faire entrer le sucre dans les cellules. Lorsqu'une tumeur apparait au niveau du pancréas, ses cellules vont perdre de leurs efficacités et en même temps se multiplier. Il y a donc dans un premier temps des troubles au niveau du taux de sucre (glycémie trop haute ou trop basse) et des troubles de l'assimilation des graisses (le foie pour compenser va se servir des graisses pour nourrir les cellules). Le patient présente une jaunisse, des démangeaisons et des maux de ventre.

Publicité
L'évolution des symptômes du cancer du pancréas en phase terminale

Lorsqu'un cancer est en phase terminale, cela signifie que les cellules cancéreuses ont envahi l'ensemble de l'organisme, mettant à mal tout son fonctionnement. La personne va présenter un amaigrissement important avec une perte de l'appétit, des douleurs de plus en plus intenses et des troubles de la conscience, surtout lors des derniers moments. Son affaiblissement va l'empêcher d'effectuer les gestes les plus simples de la vie courante, l'obligeant à rester alitée. Sa respiration va être de plus en plus difficile ce qui peut être très difficile à vivre autant pour le patient que pour l'entourage.

La prise en charge des symptômes du cancer du pancréas

Idéalement, la personne atteinte d'un cancer en phase terminale doit être suivie par une équipe de soins palliatifs. Il s'agit de professionnels de la santé formés à la prise en charge spécifique de la fin de vie et notamment en cas de cancers. La douleur est généralement traitée par des dérivés morphiniques afin que la personne souffre le moins possible. Si elle ne peut plus s'alimenter, une nutrition par voie veineuse peut être envisagée. Ces soins quotidiens peuvent lui être prodigués par l'équipe de soins palliatifs. Tout est fait pour limiter au maximum les souffrances de la personne, pour la rassurer et pour accompagner son entourage dans ces moments difficiles.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité