Tumeur mucineuse de l'ovaire : la définition

On parle souvent « juste » de tumeur de l’ovaire, mais en réalité, on distingue plusieurs types de tumeurs ovariennes. Comme pour les autres cancers, l’appellation dépend beaucoup des cellules à partir desquelles la tumeur s’est développée.

Publicité
Publicité

5940516-inline-500x332.jpg© Istock

Tumeur mucineuse de l’ovaire : une tumeur épithéliale

Publicité

La majorité des cancers de l’ovaire sont dus au développement d’un adénocarcinome. Autrement dit, d’une tumeur cancéreuse épithéliale, naissant à la surface de l’ovaire, généralement après la ménopause. Les adénocarcinomes séreux sont les tumeurs épithéliales les plus souvent en cause, mais des tumeurs mucineuses malignes (ou adénocarcinomes mucineux) sont observées dans environ 10 % des cancers de l’ovaire. « Mucineuse » signifie que les cellules de la tumeur produisent du mucus. Le plus souvent, l’adénocarcinome mucineux est localisé à un seul ovaire (tumeur de stade 1). Bon à savoir : dans la grande majorité des cas, les tumeurs mucineuses de l’ovaire sont totalement bénignes. On parle de kystes mucineux.

Cancer des ovaires : symptômes et traitement de la tumeur mucineuse

Publicité

Les symptômes d’une tumeur mucineuse ovarienne sont semblables à ceux des autres tumeurs de l’ovaire : pesanteur abdominale, abdomen gonflé, besoins fréquents d’uriner, fatigue, constipation, saignements vaginaux anormaux, douleurs lors des rapports… Si les causes du cancer des ovaires sont encore mal connues, il est possible de le soigner. Une ablation chirurgicale suffit souvent face à une tumeur mucineuse. Seul l’ovaire touché est supprimé dans certains cas, mais, par précaution, les deux ovaires et l’utérus peuvent être enlevés. En particulier quand aucune autre grossesse n’est désirée. Plus rarement, en cas de risques de métastases, une chimiothérapie peut aussi être pratiquée.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité