Conjonctivite: un symptôme du rhume des foins

Publicité

Qu'on l'appelle rhinite allergique, allergie saisonnière ou pollinose, le rhume des foins fait partie des maladies atopiques résultant d'une surréaction de l'organisme à l'histamine. Mais comment distinguer le rhume des foins d'une simple allergie ? Quels sont ses principaux symptômes ?

Publicité

Le rhume des foins, kézako ?

Chaque année, la rhinite allergique revient en force au début du printemps lorsque les pollens sont de retour. Elle se caractérise par une inflammation des parois nasales en réaction à un allergène. Se sentant attaqué, l'organisme riposte en libérant de l'histamine mais en quantité excessive, déclenchant ainsi une réponse immunitaire inappropriée. Ce type de réaction allergique survient majoritairement au moment de la floraison, soit de février à avril pour les pollens d’arbres et de mai à juillet pour les graminées. Dans de nombreux cas, il semblerait que la rhinite saisonnière possède une large composante héréditaire.

Publicité
Le rhume des foins : quels symptômes ?

Si l'inflammation se concentre sur le nez, provoquant des éternuements et un écoulement nasal parfois important, elle peut également s'étendre à la gorge et aux yeux. Il n'est donc pas rare que le rhume des foins soit associé à une conjonctivite. Cette inflammation de la conjonctive de l’œil se manifeste par un larmoiement anormal, un gonflement des paupières et par des démangeaisons plus ou moins intenses. D'autres signes cliniques peuvent venir compléter le tableau : toux, asthme, maux de tête, fatigue, difficultés respiratoires…

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité