Démence : ce comportement social qui aide le diagnostic

Publicité

La démence fronto-temporale est souvent confondue avec la maladie d’Alzheimer…une équipe de chercheurs français s’est appuyée sur un test basé sur l’empathie pour améliorer le diagnostic de cette maladie qui induit la perte du sens des valeurs sociales. 

Publicité

© FotoliaDifficile de distinguer la démence fronto-temporale ("DFT" - 20% des démences dégénératives), de la maladie d’Alzheimer car, elle aussi, provoque des troubles de la mémoire. Jusqu’à aujourd’hui, la différence de diagnostic se basait sur des tests de mémoires qui n'étaient pas fiables à 100%, selon une étude de l’hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris) relayée par l’ Inserm .
Celle-ci s’est appuyée sur un test de "cognition sociale", évaluant l’empathie, pour améliorer le diagnostic.

Ce test se base sur la capacité du patient à reconnaître des émotions sur un visage pris en photo, et à distinguer une scène "socialement gênante" parmi plusieurs qui lui sont décrites. "La cognition sociale est l'ensemble des capacités cognitives qui permettent à une personne de s'adapter à son environnement social", explique le chercheur Maxime Bertoux, neuropsychologue à la Pitié-Salpêtrière et auteur de l’étude. La démence fronto-temporale se distingue en effet souvent à travers des " troubles de la personnalité et une perturbation du sens des valeurs sociales" , selon l'Inserm.

Publicité
85 à 94% des patients bien diagnostiqués grâce à la "cognition sociale"

L’étude : 96 patients atteints d’une démence ont été observés. Après un bilan initial, l’analyse de leur liquide céphalorachidien et des tests de mémoire, ils devaient effectuer le fameux test de cognition sociale (mini-SEA).
Résultat : Les chercheurs rapportent que dans 85 à 94% des cas les résultats du test ont permis de définir si les patients étaient atteints d'Alzheimer ou de démence fronto-temporale. Les personnes ayant raté le test ont été classées dans le groupe "démence fronto-temporale", les autres dans le groupe "Alzheimer". Comparativement, en effectuant seulement le test de mémoire, l'efficacité du diagnostic n'était que de 70%. En conséquences, une personne atteinte de DFT sur deux est diagnostiquée à tort d'Alzheimer, a déclaré Maxime Bertoux.

"Cette étude pourrait donc être utile pour réviser les critères diagnostics des deux maladies", explique le chercheur, "et ainsi apporter une prise en charge plus adaptée".

Vidéo. La maladie d'Alzheimer

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité