Cœur : mangez du beurre !

Publicité

Contrairement a ce qui est affirmé depuis des décennies, le beurre ne serait pas si mauvais pour la santé cardiovasculaire, révèle une étude américaine. Il pourrait même réduire légèrement le risque de diabète !

Publicité

© FotoliaManger une cuillère de beurre par jour n’aurait pas d’impact sur la mortalité globale , en particulier les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux selon une vaste étude l’université Tufts de Boston. Les chercheurs indiquent même qu'il pourrait réduire légèrement le risque de diabète .
Leurs résultats sont basés sur l’observation de près de 640 000 adultes âgés de 44 à 71 ans (28 000 personnes mortes, 10 000 cas de maladies cardiovasculaires, 24 000 cas de diabète).
En combinant de nombreuses études, les chercheurs ont conclu que l’absorption de 14g de beurre quotidien (environ une cuillère à soupe) était associé à un risque de décès plus élevé d’1%, sans aucune corrélation avec une maladie cardiovasculaire, coronarienne ou avec un AVC. Cela serait également associé à un risque de 4% inférieur de diabète de type 2 (cependant les chercheurs ont dit qu’un complément d’enquête était tout de même nécessaire pour vérifier ce point).

Ne pas diaboliser le beurre

Publicité
"Nos résultats ne soutiennent pas la consommation de beurre comme directive diététique par rapport à d'autres priorités alimentaires mieux établies, mais ils invitent à ne pas diaboliser ni considérer le beurre comme contraire à la bonne santé ", a déclaré l’auteur principal de l’étude, le Dr Dariush Mozaffarian cité par le DailyMail.
Pour le cardiologue et conseiller du National Obesity Forum, le Dr Aseem Malhotra, "cette étude révèle l’erreur de la diabolisation du beurre pendant des décennies. Le conseil que je donne à mes patients est surtout de couper le sucre et autres glucides raffinés. Quant à la consommation régulière de beurre, elle peut faire partie d’une alimentation saine."
Mais pour Tracy Parker, de la British Heart Foundation, "plus de recherches sont nécessaires pour étudier l’effet des graisses saturées. Plusieurs facteurs sont responsables des maladies cardiovasculaires et aucun aliment ou nutriment n’est seul responsable de cela."

Vidéo. Le pontage coronarien en images

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité