Ce médicament qui vous protège d’Alzheimer

Publicité

Selon une étude américaine, l'antidépresseur "Rolipram", qui empêche l’accumulation des protéines dans les neurones, pourrait être à l’origine d’un traitement de la maladie d’Alzheimer et autres troubles neurodégénératifs.

Publicité

© FotoliaC'est une étude du Columbia University Medical Center (CUMC-New York) conduite par le Dr Natura Myeku, qui a révélé cette découverte. Selon les scientifiques, l’antidépresseur "Rolipram", qui active l’élimination de protéines endommagées du cerveau, pourrait être à l’origine d’un traitement de la maladie d’Alzheimer et des autres troubles neurodégénératifs.

Normalement, un petit cylindre moléculaire du cerveau appelé "protéasome" broie les protéines endommagées, vieilles ou usées du cerveau afin de le garder en bonne santé. Seulement quand le cerveau est affecté par les maladies neurodégénératives comme Alzheimer, Huntington, Parkinson ou la démence frontotemporale, les protéines censées être détruites s’accumulent dans les neurones, suggérant l’altération du protéasome.

Publicité
Le rolipram réactive l’élimination des mauvaises protéines

Lors d’une recherche sur la souris, les scientifiques ont découvert que la protéine "tau", présente lors de la maladie d’Alzheimer et autres maladies neurodégénératives, bloquait le protéasome et ralentissait le processus de broyage.

Cependant, après la prise du médicament Rolipram, développé à l’origine comme antidépresseur (non utilisé cliniquement à cause de ses effets secondaires comme la nausée), le protéasome des souris a été à nouveau opérationnel, réactivant l’élimination des protéines.

"Pour la première fois, nous avons prouvé qu’un médicament peut activer le système d’élimination neuronale et ralentir la maladie", a déclaré le Dr Karen Duff, professeur de pathologie et biologie cellulaire au CUMC.
"Cette découverte pourrait conduire à un nouveau traitement pour aider les personnes atteintes de démences. Cependant, nous en sommes encore à un stade précoce et de nombreux obstacles doivent être surmontés avant que nous sachions si ça peut être efficace sur l’homme. Nous orientons la recherche vers les médicaments existants ayant les mêmes propriétés" a également affirmé James Pickett, à la tête de la recherche de l’Alzheimer Society.

Vidéo : La maladie d'Alzheimer

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité