Gangrène : définition, symptômes, causes et traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa gangrène désigne la destruction d’un tissu due à un ralentissement prolongé ou à un arrêt de la circulation sanguine artérielle. Elle peut affecter différentes parties du corps, et entraîner une amputation du tissu ou du membre concerné dans les cas les plus sévères. On fait le point sur cette affection avec le Docteur Christine Quarré, médecin généraliste et hypnothérapeute.
Gangrène : définition, symptômes, causes et traitementsIstock

Définition : qu'est-ce que la gangrène ?

La gangrène est une affection désignant la nécrose (mort cellulaire) d’une ou plusieurs parties du corps. Elle est due à l’arrêt de la circulation sanguine artérielle au niveau de la zone atteinte. C’est la privation d’oxygène des tissus qui entraînent leur putréfaction. Dans la plupart des cas, la gangrène touche les jambes, les pieds, les orteils, les mains et les doigts. Mais elle peut aussi atteindre un organe comme le foie, le cœur ou les poumons.

Quels sont les principaux types de gangrène ?

La gangrène sèche

Également appelée sphacèle, ce type de gangrène se caractérise par le dessèchement des tissus qui apparaissent noirs le plus souvent.

La gangrène humide

Contrairement à la première, ce type de gangrène est dominée par une décomposition des tissus associée à la fois à un suintement et à une putréfaction sévère de la zone atteinte. Un œdème est généralement observé dans le cas d’une gangrène humide

La gangrène gazeuse (ou emphysème putride) 

D’origine bactérienne, elle constitue la forme la plus grave de gangrène et se caractérise généralement par l’apparition de cloques remplies d’un liquide violet. Les bactéries présentes génèrent une quantité massive de gaz qui provoque une odeur nauséabonde. Des crépitements sont parfois perceptibles lors de la palpation de la zone concernée.

La gangrène de Fournier

Cette gangrène périnéo-scrotale est une cellulite nécrosante du périnée et des organes génitaux externes. C'est une infection sévère par une flore poly-microbienne, d'évolution imprévisible et rapidement extensive.

Chiffres : la gangrène est-elle fréquente ?

Le risque de gangrène serait multiplié par 17 chez les sujets diabétiques par rapport au reste de la population. Et ce risque est dix fois plus élevé chez les personnes de plus de 65 ans.

Quels sont les symptômes de la gangrène ?

Lorsqu’une gangrène survient, les signes cliniques les plus souvent associés sont les suivants :

  • Une perte de mobilité et de sensibilité au niveau de la zone gangrénée. Cette dernière devient alors froide, de couleur pâle pour foncer progressivement jusqu’à se nécroser.
  • Des douleurs intenses et localisées.
  • Une raideur et un gonflement (œdème) au niveau de la partie concernée.
  • L'apparition de cloques, voire d’ulcères dans certains cas.

La gangrène d’origine infectieuse s’accompagne généralement d’autres symptômes spécifiques tels que fièvre et fatigue intenses, perte d’appétit et baisse de la pression artérielle qui peut entraîner des étourdissements et des vertiges.

Quel que soit le type de gangrène, une prise en charge médicale rapide est impérative.

Photo illustrant une ulcération sur un pied diabétique avec une gangrène sèche centrale et une gangrène humide périphérique.

Photo illustrant une ulcération sur un pied diabétique avec une gangrène sèche centrale et une gangrène humide périphérique.© Creative Commons

Crédit : Taken in my medical practice by DrGnu. — Travail personnel © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Quelles sont les causes de la gangrène ?

La gangrène peut survenir dans différentes situations au cours desquelles l’approvisionnement en sang se trouve amoindri dans une ou plusieurs zones du corps.

Elle peut donc apparaître après une intervention chirurgicale, dans un contexte infectieux ou encore si le patient est atteint d’une pathologie engendrant des problèmes de circulation sanguine.

Certaines causes restent cependant spécifiques en fonction de la nature de la gangrène observée. On sait par exemple qu’une gangrène sèche est la conséquence de l’obstruction ou de la sclérose d’un ou plusieurs vaisseaux sanguins. Elle peut donc être causée par une artérite, une embolie ou une thrombose (caillot de sang qui se forme et bouche le vaisseau).

Quels sont les facteurs de risque de gangrène ?

Les principaux facteurs de risques dans la survenue d’une gangrène sont les suivants :

  • Une plaie ou une égratignure profonde et mal désinfectée.
  • Une intervention chirurgicale.
  • Des lésions de type abcès ou ulcère qui évolueraient mal.
  • Un diabète mal soigné.
  • Le surpoids.
  • La maladie de Buerger(maladie des artères).

L'artérite est-elle un facteur de risque de gangrène ?

Réponse du Dr Christine Quarré, médecin généraliste

« Parmi les patients gangréneux, on retrouve bien souvent des personnes souffrant d’artérite, une affection correspondant à une obstruction partielle ou totale des artères des membres inférieurs, et qui constitue ici un facteur de risque ». Et d’ajouter : « le tabac est également un facteur de risque très important comme dans toutes les maladies vasculaires, entre autres ! ».

Gangrène : quelles sont les personnes à risque ?

La gangrène est une affection qui peut concerner tout individu, quel que soit son âge et son genre, en particulier suite à une intervention chirurgicale. Néanmoins, les personnes âgées, obèses, diabétiques, ou présentant une maladie vasculaire sous-jacente, sont davantage exposées au risque de développer une gangrène. Il en va de même pour les patients dont le système immunitaire est en berne comme les sujets atteints d’un cancer ou du VIH.

Durée : combien de temps dure une gangrène ?

La gangrène n’est pas une affection susceptible de guérir spontanément. Son évolution ne peut cesser qu’avec un traitement adapté.

Contagion : la gangrène est-elle contagieuse ?

Il n’existe aucun risque de contagion en cas de gangrène, et ce quelle qu’en soit la forme.

Qui, quand consulter en cas de gangrène ?

Si une blessure au doigt ou à l’orteil ne cicatrise pas dans un délai de 7 jours, il est recommandé de consulter son médecin traitant rapidement. Il en va de même si un membre ou une partie du corps devient pâle et froide, et reste dans cet état plus de deux heures.

Gangrène : quelles sont les complications ?

En l’absence d’une prise en charge rapide, la gangrène peut présenter des risques de complications sévères comme une infection généralisée, une extension de l’atteinte au reste du membre concerné (pouvant nécessiter une amputation) ou encore le décès du patient dans les cas les plus dramatiques.

Gangrène : quels sont les examens et analyses nécessaires ?

Le diagnostic d’une gangrène est généralement simple et rapide en raison de ses signes cliniques caractéristiques. Un médecin généraliste ou un dermatologue peuvent facilement poser le diagnostic.

En cas de doute, un prélèvement des tissus atteints et un bilan sanguin pourront être réalisés. Mais le traitement sera prescrit avant le retour des résultats.

Quels sont les traitements de la gangrène ?

Dès le diagnostic de gangrène posé, une antibiothérapie est généralement mise en place en première intention afin de prévenir ou traiter toute infection éventuelle.

"La gangrène nécessite une prise en charge en urgence. Les antibiotiques sont la plupart du temps administrés en intraveineuse pour aller plus vite », précise le Docteur Quarré, médecin généraliste. Toutefois, les antibiotiques seuls ne suffisent pas à enrayer l’affection."

Un traitement chirurgical est ensuite nécessaire pour retirer les tissus infectés ou nécrosés et ainsi revasculariser la zone affectée. Seule cette intervention permet la non-propagation de la gangrène. De manière générale, plus la prise en charge est rapide, moins les risques d’amputation sont présents.

Dans le cas d’une gangrène gazeuse, un traitement par l’oxygénothérapiehyperbare (administration d’oxygène à forte pression) est envisageable. La pression force l’oxygène à s’introduire dans les tissus afin de stopper la propagation des bactéries. La guérison reste cependant incertaine ici.

Avec les méthodes actuelles de traitement, la majorité des victimes de la gangrène survivent, bien que la plupart subissent des pertes de tissu musculaire.

Prévention : comment éviter la gangrène ?

Le risque gangréneux peut être limité par le respect de certaines règles simples :

  • Nettoyer et désinfecter toute blessure, et ce quelle que soit sa sévérité.
  • Surveiller tous signes de pus ou de rougeur dans les suites d’une blessure.
  • Arrêter de fumer.
  • Adopter une alimentation saine et équilibrée, en réduisant au maximum les acides gras.
  • Pratiquer une activité physique régulière.
  • Identifier d’éventuelles causes sous-jacentes susceptibles de provoquer une gangrène telles que le surpoids, un diabète, une pathologie cardiovasculaire…

Comment limiter les risques de gangrène quand on est diabétique ?

Les conseils du Docteur Christine Quarré

« Les patients atteints de diabète ont fréquemment ce que l’on appelle une neuropathie diabétique, c’est-à-dire une perte de sensibilité au niveau des extrémités. Ceci explique qu’ils ne ressentent pas la douleur et peuvent ne pas s’apercevoir qu’une plaie au pied est en train de s’infecter ou de gangrener par exemple. Il est donc essentiel que ces patients soient au courant de ce risque de complication courant dans leur pathologie et qu’ils surveillent régulièrement leurs extrémités et plus particulièrement leurs pieds. Enfin, il est essentiel de porter des chaussures adaptées pour éviter au maximum les frottements ou une éventuelle pression au niveau des coutures qui pourraient constituer un facteur aggravant de survenue de gangrène ».

Sites d'informations et associations

Association de patients France Vascularites

Fédération Française des Diabétiques

Association Internationale pour la Maladie de Buerger

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.