Définition : qu'est-ce que l'ostéomalacie ?

Dans le cas d'une ostéomalacie, la masse osseuse est normale, mais la minéralisation de la trame osseuse est insuffisante, en raison de l’accumulation d'ostéoblastes (cellules sécrétant la matrice osseuse). L’os est donc rendu plus fragile et susceptible de se fissurer ou de se fracturer spontanément.

Chez l’enfant, l’ostéomalacie correspond au rachitisme.

La cause de l’ostéomalacie est une fixation insuffisante des cristaux de calcium sur la trame osseuse dont les raisons peuvent être :

  • Un apport insuffisant en vitamine D nécessaire à la fixation normale du calcium sur la trame osseuse.

Pour être solides, les os n’ont pas seulement besoin de calcium : il est nécessaire d’avoir aussi un bon apport en vitamines D et en phosphore. La vitamine D est une hormone synthétisée dans l'organisme humain grâce aux rayonnements UVB de la lumière, qui a un rôle majeur dans la croissance et la minéralisation osseuse. Parfois, le corps a du mal à faire cette synthèse, et s'ensuit un défaut de minéralisation des os, qui peut entraîner à terme une ostéomalacie.

  • Une trop forte activité de la parathormone peut perturber la fixation minérale au niveau de la trame osseuse. La parathormone est une hormone sécrétée par les glandes parathyroïdes, qui sont au nombre de quatre et situées à l’arrière de la glande thyroïde. Cette hormone à un rôle dans la régulation phosphocalcique.

Les différences entre l’ostéomalacie et l’ostéoporose

L’ostéomalacie et l’ostéoporose sont souvent confondues, mais ont en réalité, les causes sont différentes : l’ostéoporose résulte d’un défaut de classification de la trame osseuse, ce qui fait que cette trame osseuse est raréfiée. L’os devient moins solide, il y a moins de travées dans l’os, le maillage n’est plus assez conséquent.

Dans le cas de l’ostéomalacie, ce n’est pas un problème de trame osseuse qui se raréfie, au contraire : il y a une augmentation du tissu de base de l’os, mais ce tissu ne se classifie pas. On a des travées, mais sur ce tissu ne se dépose pas le calcium nécessaire, ce qui compromet la minéralisation, décrit le docteur.

Quels sont les apports quotidiens recommandés en calcium ?

Les apports quotidiens en calcium par l’alimentation varient selon l'âge et l'état du sujet :

  • entre 4 à 8 ans : 800 mg/j ;
  • entre 9 et 18 ans : 1 300 mg/j ;
  • entre 19 et 50 ans : 1 000 mg/j ;
  • entre 50 ans et plus : 1 200 mg/j ;
  • chez les femmes enceintes et allaitantes : 1 000 mg/j .

Chiffres : quelle est la fréquence de l'ostéomalacie ?

Le rachitisme et l'ostéomalacie sont rares dans la majorité des pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine où le soleil ne manque pas. Dans les pays occidentaux, les formes graves de rachitisme frappent les enfants de moins de 4 ans qui consomment peu d'aliments d'origine animale et qui sont peu exposés au soleil.

Néanmoins, la maladie ne disparaîtra jamais, car il existe des personnes qui ont des défauts de malabsorption de la vitamine D, dont l’origine est génétique ou auto-immune.

L'ostéomalacie est plus courante chez les femmes qui ont eu plusieurs enfants, qui ont une carence en calcium consécutive aux grossesses et aux allaitements répétés, et un apport insuffisant en vitamine D.

L'hypovitaminose en vitamine D est-elle fréquente ?

Réponse du Fr docteur Laurent Grange, rhumatologue :

"En France, l’ostéomalacie est une maladie rare, mais en revanche l’hypovitaminose D est très fréquente."

Ostéomalacie : quels sont les symptômes ?

Les principaux symptômes de l’ostéomalacie sont :

  • Des douleurs osseuses : elles sont localisées au niveau des membres inférieurs et aggravées par la marche ou la course à pied. Ces douleurs sont diffuses et se situent également au niveau du rachis, des côtes, des omoplates, du bassin, etc…
  • Des déformations plus ou moins visibles avec un thorax en forme de cloche ou de violon, dans les formes sévères ou encore un sternum en carène (déformé vers l'avant).
  • Une perte de taille.
  • Une démarche dandinante.
  • Une faiblesse musculaire.
  • Une fragilisation dentaire avec des altérations de l’émail des dents, le calcium jouant un rôle prépondérant pour la bonne santé dentaire.

Quelles sont les causes de l'ostéomalacie ?

L'ostéomalacie est due à un défaut de minéralisation de la trame osseuse en raison d’un apport insuffisant en calcium et/ou en vitamine D. Le déficit calcique provient d’un défaut d’apports calciques alimentaires. La vitamine D nécessite une exposition au soleil suffisante pour être synthétisée.

Les enfants dont les apports en vitamine D et en calcium sont insuffisants sont atteints de rachitisme, alors qu’ils sont encore en pleine croissance.

Or, chez certaines personnes, la vitamine reste sous forme inactive. "C’est comme s’ils n’en avaient pas, puisqu’elle ne servira pas à favoriser la minéralisation de la trame osseuse", résume l'expert.

Dans des cas particuliers, ce phénomène peut être causé par des maladies rénales : le rein ne retient pas le phosphore qui est éliminé dans les urines. Petit à petit, le niveau de phosphore baisse dans le sang et n’alimente plus l’os, qui n’est donc plus minéralisé puisque le phosphore a un rôle clé.

Photo : molécule de calcitriol, forme hormonalement active de la vitamine D

Photo : molécule de calcitriol, forme hormonalement active de la vitamine D

© CC - Auteur : No machine-readable author provided. Ayacop assumed. - Licence : https://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/deed.fr

Ostéomalacie : quels sont les facteurs de risques ?

L'ostéomalacie est une pathologie touchant de façon majoritaire les femmes et les personnes âgées, mais d’autres facteurs de risques de développement d’une ostéomalacie existent, comme :

  • la prise de médicaments anticonvulsivants ;
  • certains cancers affectant l’équilibre phosphocalcique ;
  • une exposition insuffisante au soleil rendant l’apport en vitamine D insuffisant ;
  • des antécédents familiaux de troubles du métabolisme de la vitamine D ;
  • une insuffisance rénale ou hépatique.

Lorsque l’insuffisance en apports calciques et en vitamine D touche les enfants, on parle de rachitisme.

Ostéomalacie : quelles sont les personnes à risque ?

Les personnes à risque d’ostéomalacie sont essentiellement les femmes et les personnes âgées. 

Typiquement, le sujet est une personne âgée déficitaire en vitamines. Les personnes à risques sont également celles qui sont exposées à des carences importantes en vitamine D, donc qui ne sortent pas ou qui vivent dans un endroit avec peu de soleil.

Comme dit précédemment, les personnes touchées par des maladies de l’intestin entrainant une malabsorption de vitamine D (maladie cœliaque, maladie de Crohn, une insuffisance en sels biliaires…) peuvent être victime d’ostéomalacie, ainsi que les personnes touchées par certaines maladies du foie ou rénales.

Enfin, les patients prenant certains traitements anticonvulsivants (contre l’épilepsie) ou des traitements contre le cancer sont aussi à risques.

Quelle est la durée de l'ostéomalacie ?

En l’absence de traitement, l’ostéomalacie continuera d’évoluer et les os continueront à se déformer. Des fissures osseuses, voire des fractures spontanées peuvent alors apparaitre. 

L'ostéomalacie est-elle contagieuse ?

L'ostéomalacie n'est pas une maladie contagieuse. 

Ostéomalacie : qui, quand consulter ?

En présence de douleurs osseuses ou de symptômes évocateurs d’ostéomalacie, notamment chez une personne à risque, il est nécessaire de consulter son médecin généraliste qui, après un examen clinique complet prescrira un bilan phosphocalcique et des radiographies osseuses. En fonction des résultats, le sujet sera adressé à un rhumatologue.

Dès que la douleur est très vive ou revient de manière récurrente, il ne faut pas tarder à consulter. Il ne faut pas attendre que cela devienne handicapant.

Quelles sont les complications de l'ostéomalacie ?

Les principales complications de l’ostéomalacie sont :

  • des fissures osseuses notamment au niveau du bassin, des vertèbres et des fémurs ;
  • des fractures spontanées ;
  • des crises de tétanie, dues à l’insuffisance en calcium.

Les complications dans l’ostéomalacie surviennent généralement après une très longue période de carences. D’abord, le patent peut avoir une démarche étrange car les muscles sont un peu fatigués, un peu atrophiés. Il peut avoir une perte de taille également.

Ostéomalacie : quels sont les examens et analyses à effectuer ?

Les examens complémentaires et analyses biologiques nécessaires au diagnostic d’ostéomalacie sont :

  • Des radiographies osseuses qui montrent un aspect flou et pâle La présence de stries de Looser-Milkman sur les os est un signe très évocateur d’ostéomalacie.
  • Un bilan phosphocalcique comprenant un taux de calcémie, de phosphorémie, d’albuminémie. Les taux urinaires peuvent également être utiles de même qu’un bilan de la fonction rénale.
  • La ponction-biopsie osseuse montre des signes caractéristiques, en retrouvant une activité accrue des ostéoblastes et un os déminéralisé. Elle permet le diagnostic de certitude, mais celle-ci n’est pas systématiquement effectuée.
  • Un scanner rachidien permet de visualiser la structure des vertèbres, mais cet examen n’est pas systématique.

Plus le diagnostic est précoce, plus tôt on les symptômes pourront être enrayés et les complications évitées.

Quels sont les traitements de l'ostéomalacie ?

Le traitement curatif de l’ostéomalacie comporte :

  • une administration de Vitamine D concentrée, sous forme buvable ;
  • un apport supplémentaire en calcium ;
  • une exposition accrue mais sans excès au soleil est conseillée.

Un traitement bien conduit peut entrainer une guérison rapide, avec une disparition complète de symptômes. Lorsque le déficit en vitamines D n’est pas causé par une maladie incurable comme la maladie de Crohn, la guérison de l'ostéomalacie est souvent immédiate. 

Chez les personnes dont le manque de vitamine D est causé par une maladie (maladie rénale ou de l’intestin) qui empêche une bonne assimilation, le médecin devra prescrire une certaine forme de vitamine D que le patient pourra induire plus facilement.

Mon conseil de médecin généraliste :

"Il est conseillé de poursuivre longtemps voire à vie les suppléments en vitamine D et en calcium chez les sujets ayant déjà eu une ostéomalacie pour éviter la récidive. Une surveillance est en tout cas nécessaire."

Comment prévenir l'ostéomalacie ?

La prévention de l’ostéomalacie a permis de faire considérablement diminuer son incidence.

L’apport calcique

L’apport quotidien recommandé en calcium est normalement apporté par une alimentation équilibrée, avec des produits laitiers en quantité suffisante et des eaux suffisamment minéralisées. Si l’apport alimentaire est insuffisant, une supplémentation peut se faire par des comprimés de calcium.

L’apport en vitamine D

La vitamine D est essentielle dans la prévention de l’ostéomalacie. On peut la trouver dans l’alimentation  en consommant du lait, des poissons gras, comme le saumon ou la truite, des œufs, du foie…  L’autre source majeure de vitamine D est sa synthèse par la peau par le biais de l’exposition au soleil. Celle-ci doit être suffisante, mais sans excès, en raison de ses effets cancérigènes pour la peau. En cas d’insuffisance en vitamine D, des solutions buvables sont disponibles en pharmacie, sur prescription médicale.

Sites d’informations et associations sur  l'ostéomalacie

Des sites d’informations et des forums sur l’ostéomalacie sont disponibles sur internet. 

Sources

http://www.rhumato.info/cours-revues2/113-osteomalacie/1637-osteomalacie-et-troubles-du-metabolisme-du-phosphore

http://www.rhumatologie.asso.fr/data/ModuleProgramme/PageSite/2009-1/Resume/5019.asp

https://www.info-radiologie.ch/osteomalacie.php