Définition : qu'est-ce qu'une otorragie ?

L'otorragie est un écoulement de sang par le conduit auditif externe. Il peut être dû à un traumatisme, une infection ou une inflammation. En cas de traumatisme, le saignement peut être abondant et sa prise en charge est une urgence. En cas d’infection, du pus peut être mêlé à l’écoulement sanguin.

Chiffres : l'otorragie est-elle fréquente ?

La cause la plus fréquente d’otorragie abondante est le traumatisme de l’oreille avec une fracture du rocher (os situé en arrière de l’oreille).

La fracture du rocher est due à un accident de la voie publique dans 30 à 40% des cas, à une chute dans 20 à 40 % des cas ou faire suite à une agression dans 15% des cas. Une lésion intracrânienne est associée dans 55 à 84% des cas.

Photo : schéma de l'os temporal avec le rocher

 Photo : schéma de l'os temporal avec le rocher

Crédit : Henry Vandyke Carter et un auteur supplémentaire — Henry Gray (1918) Anatomy of the Human Body © CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gray_137_-_Os_temporal_gauche_-_vue_externe.png

Quels sont les symptômes de l'otorragie ?

Lorsque l’otorragie est due à une simple lésion superficielle du conduit auditif externe, elle est de faible abondance.

En cas de choc violent, elle peut être plus abondante, et être accompagnée de caillots dans le conduit auditif.

Si l’écoulement sanguin est accompagné d’un écoulement de liquide clair, il faut craindre une fuite de liquide céphalo-rachidien. Cela constitue une urgence thérapeutique.

Les saignements liés à des otites moyennes aiguës sont dus à des ruptures de phlyctènes (lésion cutanée) ou du tympan en raison de la présence importante de pus. Ces saignements peu abondants sont souvent mêlés à un écoulement purulent.

L'otorragie peut être associée à d'autres symptômes, variables selon sa cause :

  • Une sensation d'oreille bouchée et douloureuse après un nettoyage trop agressif avec un coton-tige.
  • Une surdité plus ou moins profonde, des acouphènes, des vertiges ou encore une paralysie faciale homolatérale (du même côté) en cas de fracture du rocher.
  • Une rhino-pharyngite avec nez bouché et fièvre, une douleur dans l'oreille soulagée par l'écoulement en cas d’otite moyenne aiguë.
  • Des douleurs, des acouphènes et des vertiges en cas de barotraumatisme (causé par une variation rapide de la pression extérieure (air ou eau)).
  • Des douleurs sévères et une perte d'audition parfois aussi sévère, après une explosion.
  • Une surdité avec acouphènes pulsatiles en cas de tumeur glomique (tumeur bénigne vasculaire aux localisations multiples), plus rare.

Quelles sont les causes de l'otorragie ?

Les causes les plus fréquentes des otorragies sont les traumatismes, légers ou violents. Parmi ces causes, on retrouve :

  • Une plaie bénigne du conduit auditif externe due à un nettoyage au coton-tige trop agressif, l’introduction d’un corps étranger ou un simple grattage.
  • Un traumatisme crânien avec des lésions de la chaîne des osselets ou fracture du rocher.
  • Un traumatisme de l’oreille avec rupture du tympan.
  • Un traumatisme lié à une augmentation brutale de la pression : blast de l'oreille (effet de souffle), une déflagration sonore, une explosion, ou une violente gifle sur l'oreille.
  • Un accident de plongée (barotraumatisme).
  • Une otite moyenne aiguë ou chronique.
  • Un choléstéatome (accumulation de peau).
  • Des polypes.
  • Des granulomes (tumeurs) inflammatoires.
  • Les pathologies tumorales de l’oreille. 

Quels sont les facteurs de risques de l'otorragie ?

Les facteurs de risque d’otorragie sont liés à leur cause. Les sujets exposés à des risques de déflagration ou les plongeurs sont lus à risque de lésion de l’oreille provoquant une otorragie.

Quelles sont les personnes à risque d'otorragie ?

Les personnes à risque d’otorragie sont les sujets ayant un risque accru de traumatismes de l’oreille ou d’otite. Il s’agit des enfants, des plongeurs et des sujets exposés à des déflagrations.

Durée : combien de temps dure une otorragie ?

La durée d’une otorragie est celle de sa cause. Le traitement de l’origine de l’otorragie va permettre d’interrompre celle-ci.

Contagion : comment s'attrape une otorragie ?

L’otorragie n’est pas contagieuse, sauf en cas de saignement d’origine infectieuse, ce qui reste rare.

Otorragie : qui, quand consulter ?

En cas d’otorragie de faible abondance et persistante, il peut être nécessaire de consulter son médecin traitant afin qu’il procède à un examen otoscopique permettant de visualiser une lésion du conduit auditif externe ou une otite moyenne aiguë. En cas de saignement abondant, consécutif à un traumatisme violent, la prise ne charge doit être faite en urgence auprès d’un service de chirurgie ORL

Quelles sont les complications d'une otorragie ?

Les principales complications des otorragies sont les infections. En effet, une plaie ouverte est toujours potentiellement à risque de s’infecter.

  • Les otorragies de faible abondance se compliquent rarement.
  • Les otorragies plus abondantes, secondaires à un traumatisme violent ont un risque de complications plus important, en raison des lésions crâniennes potentiellement associées.
  • En cas d’écoulement de liquide céphalo-rachidien accompagnant l’otorragie, le risque de méningite est important, c’est pourquoi la prise ne charge est urgente.

Otorragie : quels sont les examens et analyses nécessaires ?

En cas d’otorragie de faible abondance, l’examen otoscopique est généralement suffisant.

En cas d’otorragie abondante, notamment consécutive à un traumatisme, les examens complémentaires nécessaires sont :

  • Un scanner ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), pour visualiser une éventuelle fracture du rocher ou des lésions intra-crâniennes associées, en cas de traumatisme.
  • Des tests d’audition.
  • Une biopsie en cas de lésion potentiellement tumorale.
  • Un prélèvement bactériologique en cas d’otite.

Traitements : comment se soigne une otorragie ?

Le traitement de l’otorragie dépend de sa cause.

Les otorragies de faible abondance par lésion bénigne du conduit auditif externe guérissent spontanément en l’absence de surinfection.

On peut toutefois proposer :

  • des médicaments anti-inflammatoires et antalgiques ;
  • des soins locaux pour accélérer la cicatrisation ;
  • des antibiotiques en cas d’infection.

Otorragie : peut-on mettre des gouttes ?

Mon conseil de médecin généraliste :

"l’instillation de gouttes auriculaires est contre-indiquée en cas d’otorragie, en raison de la présence d’une plaie ouverte. Les antibiotiques ou tout autre traitement doivent être administrés par voie orale."

En cas de traumatisme sonore, des corticoïdes associés à des vasodilatateurs peuvent être nécessaires.

Une réparation du tympan, ou tympanoplastie, avec greffe de tissu conjonctif ou de cartilage peut s’avérer nécessaire, en cas de perforation chronique ou compliquée.

Les traitements chirurgicaux sont préconisés en cas de traumatisme crânien, de blast, de tumeur, choléstéatome…

Prévention : comment éviter l'otorragie ?

La prévention des otorragies n’est pas toujours possible, en raison de leurs origines principalement traumatiques. Cependant certaines règles peuvent permettre de limiter les risques :

  • éviter les nettoyages agressifs et trop fréquents avec le coton-tige ;
  • porter un casque systématiquement en cas d’exposition à des traumatismes sonores ;
  • apprendre les bonnes manœuvres pour équilibrer la pression entre l’oreille moyenne et l’oreille interne lorsque l’on pratique la plongée.

Sites d'informations et associations

Société Française d'ORL et de Chirurgie de la Face et du Cou

Sources

http://www-sante.ujf-grenoble.fr/SANTE/corpus/disciplines/orl/oreille/98c/leconimprim.pdf

https://www.sante-centre.fr/portail_v1/gallery_files/site/133/996/2423/2424.pdf

https://thoracotomie.com/2016/06/27/otite-otalgie-otorrhee-et-otorragie/