Définition : qu'est-ce que le syndrome du canal carpien ?

Au niveau du poignet, le nerf médian et les tendons fléchisseurs des doigts traversent un tunnel relativement étroit nommé canal carpien. Lorsque ce canal est réduit par une inflammation ou un autre phénomène, le nerf médian y est comprimé.

Cela provoque des douleurs des troubles de la sensibilité dans les doigts innervés par le médian (pouce, index, majeur) et une diminution de la force musculaire. L’ensemble de ces symptômes correspond au syndrome du canal carpien.

Chiffres : ce trouble musculo-squelettique est-il fréquent ?

L’incidence annuelle du syndrome du canal carpien est d’environ 3/1000 en France. C’est le trouble musculo-squelettique le plus fréquent des maladies professionnelles indemnisables : 37 % en 2006. Le syndrome du canal carpien est plus souvent diagnostiqué chez les femmes.

Quels sont les symptômes du syndrome du canal carpien ?

Les symptômes du syndrome du canal carpien sont liés à la compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien. On peut alors observer :

  • des engourdissements ou des picotements à la main, au pouce, à l’index et au majeur ;
  • une douleur au poignet et à la paume, qui irradie vers les doigts ou vers l'avant-bras, à prédominance nocturne ;
  • des difficultés à saisir les objets, même légers ;
  • une aggravation des symptômes lors de l’activité, de la conduite de véhicule ou au téléphone ;
  • une aggravation des symptômes, chez les femmes, avant les règles durant les derniers mois de la grossesse et peu après l’accouchement.

Quelles sont ses causes ?

Les causes du syndrome du canal carpien sont multiples et peuvent être intriquées. Il s’agit de :

  • la répétition de mouvements du poignet et de l’avant-bras durant des périodes prolongées, souvent d’origine professionnelle ;
  • des mouvements qui demandent une force importante dans la main ou le maintien d’une posture contraignante ;
  • la manipulation d’outils qui vibrent ;
  • l’usage prolongé de la souris d’ordinateur ;
  • des traumatismes du poignet ;
  • l’arthrite du poignet ;
  • l’atteinte neurologique liée au diabète ;
  • des fluctuations hormonales de la ménopause, de la grossesse ou de l’hypothyroïdie.

Quels sont ses facteurs de risques ?

Les principaux facteurs de risque du syndrome du canal carpien sont :

  • les maladies telles que le diabète, la polyarthrite rhumatoïde ou l’hypothyroïdie ;
  • la prise de contraceptifs oraux ;
  • les traumatismes du poignet.

Les personnes à risques

Les personnes à risque de développer un syndrome du canal carpien sont :

  • les professionnels qui exécutent des gestes à répétition avec leur poignet, ou qui reçoivent des vibrations de manière répétée dans les poignets; 
  • les conducteurs de camions et d’autobus ;
  • les personnes travaillant sur ordinateur et utilisant la souris régulièrement ;
  • les personnes dont un membre de la famille proche est atteint d’un syndrome du canal carpien, compte-tenu du risque lié à une conformation anatomique ;
  • les personnes qui pratiquent le jardinage, les travaux d'aiguille, les jeux vidéo, le golf, le canotage ;
  • les personnes en en fauteuil roulant ;
  • les femmes enceintes 
  • les femmes en cours de ménopause.

Photo : les ouvriers du bâtiment sont à risque de syndrome du canal carpien

Photo : les ouvriers du bâtiment sont à risque de syndrome du canal carpien

Quelle est sa durée ?

La durée du syndrome du canal carpien est variable. Il peut s’aggraver si le geste qui le favorise n’est pas interrompu et nécessiter alors une intervention chirurgicale.

Dans certains cas, le syndrome du canal carpien peut se stabiliser ou même s’améliorer spontanément sous simple traitement anti-inflammatoire. La durée des symptômes varie selon la cause .

Le syndrome du canal carpien est-il contagieux ?

Le syndrome du canal carpien n’est pas une maladie contagieuse.

Qui, quand consulter ?

En cas de symptômes évocateurs d’un syndrome du canal carpien, il est recommandé de consulter son médecin traitant qui, après un examen clinique minutieux, fera le diagnostic. Celui-ci pourra être confirmé par la réalisation d’un électromyogramme. Le sujet sera ensuite adressé à un rhumatologue ou à un chirurgien spécialisé dans les pathologies de la main.

Quelles sont les complications de cette pathologie ?

En l'absence de traitement, la compression du nerf médian dans le canal carpien provoque des douleurs dans la main et au niveau des trois premiers doigts. Les douleurs sont suivies de troubles de la sensibilité et dans les cas les plus graves, d’une atrophie musculaire avec perte de force et diminution de la préhension du pouce. La prise en main des objets est rendue difficile et le lâche d’objet même légers est fréquent.

Évolution du syndrome du canal carpien

Dans plus d’un tiers des cas, le syndrome du canal carpien régresse spontanément, principalement après les grossesses ou lorsque les personnes qui exécutent des gestes répétitifs les interrompent.

La forme bilatérale du canal carpien est fréquente, surtout chez les femmes après la ménopause ou chez les personnes qui ont une conformation anatomique du poignet favorisante.

Lorsque le syndrome du canal carpien ne régresse pas et qu’il n’est pas traité l’évolution se fait vers des douleurs chroniques, une atteinte de la sensibilité et une diminution de la force musculaire par atteinte du nerf médian. L’atrophie musculaire peut être importante et limiter l’utilisation de la préhension du pouce.

Quels examens et analyses doivent être réalisés ?

Le diagnostic du syndrome du canal carpien est surtout réalisé au cours d’un examen clinique. Toutefois, pour confirmer le diagnostic et avant de poser une indication chirurgicale, une échographie et un électromyogramme peuvent être proposés. L’électromyogramme permettra d’évaluer la perte motrice et sensitive en cas d’atteinte du nerf médian.

Quels sont les traitements du syndrome du canal carpien ?

Prise en charge précoce : supprimer les facteurs favorisants

La prise en charge précoce consiste à supprimer la cause ou les facteurs favorisant le syndrome du canal carpien. Cela suffit dans bon nombre de cas à soulager les symptômes. Il est recommandé de :

  • utiliser davantage la main non douloureuse ;
  • modifier la position de travail ;
  • réduire la consommation de tabac qui ralentit la récupération ;
  • traiter correctement un traumatisme du poignet ;
  • rééquilibrer un trouble hormonal.

Traitement médical

Le traitement médical comporte 3 étapes essentielles:

  • le repos : en modifiant ses activités ou en interrompant les gestes répétitifs. Le port d’une attelle la nuit  peut également soulager.
  • la prise en charge de la douleur : celle-ci peut comporter l’application de glace deux à trois fois par jour. Les anti-inflammatoires peuvent également soulager la douleur, mais ne sont à utiliser que sur une courte durée. Une infiltration de corticoïdes peut être proposée, directement à dans le canal carpien. Elle permet d’obtenir un soulagement de plusieurs semaines. Cet acte ne doit pas être répété plus de trois fois. En l’absence d’amélioration, l’indication chirurgicale sera posée.
  • la réadaptation: le renforcement des muscles de la main et du poignet par des exercices proposés par un kinésithérapeute peut aider à soulager les symptômes et à limiter l’évolution du syndrome du canal carpien.

Quel doit être le bon usage des anti-inflammatoires ?

Mon conseil de médecin généraliste :

"Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens doivent rester un traitement d’appoint en raison de leurs effets secondaires fréquents."

Traitement chirurgical

En cas de persistance des symptômes ou d’évolution vers une atrophie musculaire, un traitement chirurgical peut être proposé. Le geste chirurgical consiste à entailler le ligament qui fait pression sur le nerf médian. Une incision de quelques centimètres ou une technique endoscopique peuvent être proposées. L’efficacité de la chirurgie est bonne et les risques opératoires faibles.

Les complications post chirurgicales spécifiques au syndrome du canal carpien sont possibles mais rares. Il s’agit :

  • des troubles sensitifs qui peuvent perdurer en raison d’une ouverture incomplète du canal carpien nécessitant une reprise chirurgicale ;
  • d'une lésion neurologique associée (une compression nerveuse au niveau du coude ou au niveau de la colonne cervicale) ;
  • d'une lésion du nerf médian (complication exceptionnelle) ;
  • d'une récidive précoce ou tardive est possible mais rare ;
  • des doigts à ressaut (saillie, petite avancée) révélés par la chirurgie du syndrome du canal carpien.

Quel est le suivi médical du syndrome du canal carpien ?

Sans intervention chirurgicale

Dans le cas d’un traitement médical du syndrome du canal carpien (infiltration et/ou port d’une attelle), les activités sportives et de loisirs peuvent être reprises dès que les mouvements ne génèrent plus de douleur ou de gêne.

La durée de l’arrêt de travail est adaptée selon :

  • le côté atteint (main dominante ou non) ;
  • le degré de sévérité du syndrome du canal carpien ;
  • le niveau de sollicitation de la main dans l'emploi ;
  • les possibilités d'adaptation ou de modification du poste de travail; 
  • la nécessité de conduire un véhicule.

Après intervention chirurgicale

Après une intervention chirurgicale pour syndrome du canal carpien, les gestes quotidiens doivent être maintenus pour limiter les raideurs. En revanche, la poussée et le port de charges lourdes ainsi que la conduite automobile sont à éviter le temps du rétablissement. Les activités sportives et de loisirs peuvent être reprises dès le rétablissement des facultés motrices. La reprise de l’activité professionnelle dépendra du type de travail effectué, du type de l’intervention chirurgicale effectuée et des suites opératoires.

Comment éviter ce syndrome ?

Au quotidien

En corrigeant certains gestes et certaines postures lors de ses activités quotidiennes, il est possible d’éviter la survenue d’un syndrome du canal carpien. Il faut :

  • positionner ses mains dans le prolongement des avant-bras ou en légère extension ;
  • limiter la répétitivité des mouvements du poignet.

Sur le lieu de travail

Les secteurs professionnels reconnus à risque de survenue de syndrome du canal carpien sont :

  • la grande distribution ;
  • l’agro-alimentaire ;
  • les services de nettoyage ;
  • le secteur sanitaire et social ;
  • la construction automobile ;
  • la restauration et l’hôtellerie ;
  • le bâtiment et les travaux publics.

Le syndrome du canal carpien peut être reconnu maladie professionnelle.

Les mesures de prévention au travail consistent à :

  • reposer régulièrement les mains et les poignets durant l’exécution de tâches répétitives ;
  • étirer doucement le poignet ;
  • changer fréquemment de position et alterner les mouvements d’une main à l’autre ;
  • éviter de forcer avec les mains lorsqu’elles sont trop rapprochées ou trop éloignées du corps ;
  • éviter d’employer une force exagérée ;
  • ne pas appuyer les poignets sur des surfaces trop dures durant de longues périodes ;
  • tenir les objets à pleine main plutôt que du bout des doigts ;
  • s’assurer que les poignées des outils ont une taille adaptée à la main ;
  • éviter d’utiliser longtemps des outils qui vibrent fortement ;
  • porter des gants pour les travaux manuels exposés au froid ;
  • éviter d'avoir les poignets pliés vers le haut lors de l’utilisation de la souris d’un ordinateur ;
  •  se faire conseiller par un ergothérapeute.

Sites d’informations et associations

Site du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé (renseignements sur la santé et la sécurité au travail du site Internet du gouvernement français), en raison du caractère fréquemment professionnel de cette pathologie.

Sources

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-liees-au-travail/troubles-musculo-squelettiques/donnees/le-syndrome-du-canal-carpien

https://www.institut-main.fr/syndrome-du-canal-carpien/

https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/syndrome-canal-carpien