Définition : qu'est-ce que la maladie de Sever ?

La maladie de Sever est une pathologie localisée au niveau du talon. Elle porte le nom de l’orthopédiste américain James Warren Sever qui l’a découverte en 1912. Il s’agit d’une ostéochondrite (anomalie au niveau des zones de croissance des os et du cartilage) qui touche les enfants et les adolescents, en particulier ceux qui sont très actifs et sportifs. Dans le cas de cette maladie, l’allongement du tendon d’Achille ne s’adapte pas à la croissance osseuse.

Chiffres : quelle est la fréquence de la maladie de Sever ?

Dans 50 à 80% des cas, la maladie de Sever est bilatérale, ce qui signifie que les deux talons sont concernés.

Quels sont les symptômes de la maladie de Sever ?

La manifestation caractéristique de la maladie de Sever est une douleur mécanique située de chaque côté du talon, au niveau de l’insertion du tendon d’Achille sur le calcanéum (os du talon). Il n’est pas rare que cette douleur irradie vers la plante du pied. Elle se manifeste en particulier chez l’enfant sportif, surtout s’il pratique l’athlétisme, le tennis, le football ou la gymnastique, car ces sports mettent fortement en tension les tendons d’Achille.

Photo : squelette de la partie postérieure du pied droit, vue médiale (ou interne) ; l'insertion du tendon d'Achille est en bas à droite 

Photo : squelette de la partie postérieure du pied droit, vue médiale (ou interne) ; l'insertion du tendon d'Achille est en bas à droite© Creative Commons

Crédit : Dr. Johannes Sobotta — Sobotta's Atlas and Text-book of Human Anatomy 1909 © CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sobo_1909_227.png

Son intensité et sa fréquence varient sensiblement selon les enfants. Elle dépend notamment du rythme de croissance de chacun et des activités sportives pratiquées, et apparaît généralement au cours de l’effort ou après ce dernier.

La douleur peut être parfois si violente qu’elle oblige l’enfant à boiter ou marcher sur la pointe des pieds. Ce signe doit faire évoquer de manière systématique la maladie de Sever. La douleur est généralement aggravée en se tenant sur la pointe des pieds ou en courant. Certains enfants présentent un talon échauffé et enflé. On parle dans ce dernier cas d’œdème.

Maladie de Sever : quelles sont les causes ?

La maladie de Sever est provoquée par une sur-sollicitation du tendon d’Achille et du calcanéum, un des 26 os du pied qui forment une structure flexible et complexe.

À l’instar de tous les os du squelette, le calcanéum grandit tout au long de la période de croissance. Et c’est par le biais de l’hormone de croissance que le cartilage de conjugaison se transforme peu à peu en os solide.

La zone de cartilage de croissance du talon est particulièrement fragile et il arrive que l’ossification ne se réalise pas correctement. On parle dans ce cas de fragmentation, qui est à l’origine des douleurs ressenties. Des mouvements de traction excessifs ou répétés durant la croissance peuvent aussi provoquer des microtraumatismes au niveau du calcanéum et entraîner par conséquent une réaction inflammatoire.

Quels sont les facteurs de risque de maladie de Sever ?

Dans le cadre de la maladie de Sever, plusieurs facteurs de risque ont pu être constatés au-delà de l’âge du patient :

  • La pratique d’activités dites « à risque » car elles sollicitent beaucoup le talon. On pense ici par exemple au football, au tennis, à l’athlétisme, à la gymnastique ou encore à la danse.
  • Un surpoids.
  • Une grande taille.

Quelles sont les personnes à risque de maladie de Sever ?

Cette pathologie inflammatoire survient le plus souvent chez les enfants âgés entre 8 et 15 ans, âge jusqu'auquel le talon se développe. Elle affecte plus volontiers les sportifs. On note cependant une prévalence chez les garçons.

Quelle est la durée de la maladie de Sever ?

La douleur causée par la maladie de Sever est d’une durée variable. Elle disparaît en général entre 6 et 15 mois.

Contagion : la maladie de Sever est-elle contagieuse ?

La maladie de Sever n’est pas un trouble contagieux.

Maladie de Sever : qui, quand consulter ?

Les parents qui constatent que leur enfant ou adolescent boite, marche anormalement ou se plaint fréquemment de douleurs aux pieds après ses activités sportives, doivent réagir rapidement. Une consultation chez leur médecin généraliste ou chez leur pédiatre suffit généralement à poser le diagnostic de la maladie de Sever et ainsi de mettre en place le traitement adapté.

Maladie de Sever : quels sont les examens et analyses nécessaires ?

Même si les douleurs au talon peuvent prendre différentes formes, le diagnostic de la maladie de Sever reste généralement facile à poser. Pour cela, le médecin interroge l’enfant sur le contexte de la douleur ressentie et palpe l’insertion du tendon d’Achille au niveau du calcanéum pour observer si le talon est endolori.

Le cas échéant, il est fort probable que l’on se trouve face à ce trouble, notamment si le patient est un enfant sportif et en pleine croissance.

En revanche, si le tableau n’est pas caractéristique ou s’il fait évoquer une atteinte osseuse, on peut alors avoir recours à une radiographie du talon. Celle-ci peut révéler la fragmentation du cartilage de croissance ou mettre en évidence une éventuelle complication, en particulier en présence d’un œdème ou d’une rougeur au niveau de la zone concernée. Dans certains cas, la radiographie permet d’identifier d’autres causes de la douleur comme des kystes osseux ou des fractures liées à la fatigue.

Quels sont les traitements de la maladie de Sever ?

Le repos

Le traitement de la maladie de Sever repose essentiellement sur le repos. L’enfant doit interrompre ses activités sportives pendant au moins un mois. Si la douleur persiste, l’interruption devra être prolongée. Il devra également stopper toute course à pied, jeux de ballons en cours de récréation. Une dispense d’activité physique en milieu scolaire est nécessaire et une prise en charge familiale peut être utile dans les familles ou le souci de performance est prépondérant.

En phase aigüe, le minimum d’activité est préconisé. Il faut éviter les longues marches. Parfois, il est même nécessaire d’arrêter le sport jusqu’à la fin de la croissance, c’est-à-dire jusqu’à au moins 16 ans. Certains sports sont cependant autorisés, car ils ne nécessitent pas d’appui sur le talon comme la natation ou l’escalade.

Faut-il porter de semelles orthopédiques ?

Mon conseils de médecin généraliste : 

« En cas de maladie de Sever, il est préférable de faire réaliser les semelles sur mesure par un podologue ».

Ce type de semelles peut apporter un bénéfice en faisant office d’amortisseur entre le talon et le sol. Elles peuvent également corriger des malformations ou relâcher certains points de pression.

Par ailleurs, aucun soin de kinésithérapie ni d’ostéopathie n’est réellement nécessaire.

Traitements médicamenteux

La prise en charge médicamenteuse peut soulager, mais simplement pendant la phase aigüe. On préconise des antalgiques simples ou des anti-inflammatoires, mais pendant une très courte durée car ceux-ci risqueraient de masquer la douleur qui constitue un signal d’alarme.

La cryothérapie

Le recours à cette technique (application de froid intense) peut contribuer à réduire l’inflammation.

Le port d’attelles

Elles se portent durant la nuit et permettent d’étirer passivement les muscles du mollet et ainsi aider à maintenir souplesse et flexibilité de la zone.

La pose d’un plâtre

Elle peut être recommandée dans les cas les plus graves pour immobiliser le pied. Néanmoins le recours à ce type de traitement expose le patient à une éventuelle fonte musculaire qui doit être évitée au maximum.

Prévention : peut-on prévenir la maladie de Sever ?

Il est essentiel de limiter la pratique sportive à la moindre douleur au talon précise le Docteur Della Valle.

Néanmoins, il est possible de prévenir ce type de pathologie par le port de chaussure adaptées qui présentent un bon amorti.

En tout état de cause, un avis médical est conseillé pour prendre connaissances de bonnes dispositions de prévention de la maladie de Sever.

Sites d'informations et associations

Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Sources

Le site de l'Assurance Maladie sur la tatalgie

Le manuel MSD