7 signes pour démasquer un menteur

Tout le monde ment… en moyenne deux fois par jour ! Mais certains maîtrisent le mensonge mieux que d’autres ! Comment savoir si votre conjoint, vos amis, vos relations vous disent la vérité ? Les signes qui doivent vous mettre la puce à l’oreille !

Publicité

Transpiration et stress = mensonge ?

Ils comptent parmi les signes le plus connus.
Publicité
Le stress et ses avatars que sont la transpiration ou l’augmentation du rythme cardiaque trahissent souvent le menteur. Pourquoi ? Parce que quand on ment, on a toujours peur d’être démasqué ! Du coup, on est tendu ! Les glandes sudoripares eccrines et apocrines, responsables de la sudation, sont reliées au système nerveux. En cas de stress, elles augmentent leur production. Mais ce n’est pas tout ! Qui dit stress dit en effet augmentation de la sécrétion d’adrénaline, donc augmentation de la fréquence cardiaque...

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité

Publiez votre commentaire

32 commentaires

Beaucoup de gens se mentent à

Portrait de Vulcan78
Vulcan78

Beaucoup de gens se mentent à eux mêmes, à leur propre insu...

Votez pour ce commentaire: 

Il faut peut-être vous faire

Portrait de PT
PT (non vérifié)

Il faut peut-être vous faire soigner ?.... C'est pour cela que vous êtes sur un site qui traite aussi de sujets médicaux ... 

Votez pour ce commentaire: 

le gog ferait mieux d"aller

Portrait de mallet coco
mallet coco (non vérifié)

le gog ferait mieux d"aller voir un spy discourt d'un rasciste et d"un socialo

Votez pour ce commentaire: 

Comment démasquer un

Portrait de castennec
castennec

B B

Comment démasquer un manipulateur , un menteur , etc ... Et au féminin cela se dit comment ? Bonne journée à tous (tes ) !

Votez pour ce commentaire: 

wouaaa !! vivre avec un

Portrait de zyva54
zyva54

zyva54

wouaaa !! vivre avec un menteur ce n'est pas chose facile car on fini par ne plus lui faire confiance du tous , du coup on finit par avoir confiance qu'en soit méme , comment voulez vous vivre et partager quelque chose avec quelqu'un qui ment constamment , quand on sait que celui ci se fiche pertinemment de vous  , et que dans ses propos il y aura toujours une part de mensonge , ces personnes la pour moi vivent dans un autre monde , ils n'ont pas les pieds sur terre , et surtout il manque de courage face à leurs actes , pour moi se sont des lâches ,désolé si je choque mais j'ai pour habitude de dire la vérité , si laurent mab trouve des excuses aux menteurs c'est que lui méme doit se trouver des excuses pour mentir?? en ce qui me concerne je préfère la vérité méme si ça fait mal sur le moment ,( mais au moins je sais à quoi m"en tenir) , qu'un mensonge qui vous discrédite et donne de vous une vilaine image

Votez pour ce commentaire: 

Il y a toujours en

Portrait de Laurent MAB
Laurent MAB

Il y a toujours en contrepoint de ce type d'article ou de "communication", le présupposé que mentir, c'est mal, que cela mérite enquête et punition ou blâme, reproche, honte etc.

Mais l'article commence par qq chose de très intéressant: que l'on ment en moyenne 2 fois par jour! Je ne sais pas comment l'on peut comptabiliser cela, mais il y a là un constat: constat de nécessité!
OUI, le mensonge est constamment une nécessité pour chaque MOi. Pourquoi? Pour ME préserver MON indépendance, ma liberté.

On n'aime pas le mensonge, donc dans la mesure où il est asocial, met le menteur à l'abri d'une règle ou d'une habitude commune. On n'aime pas le menteur qui vous échappe, à votre "confiance", à votre lien (époux, amis, parents) et qui se glisse hors portée.
Que cache-t-il? Et on se stresse; on soupçonne; on imagine; on traque; on s'obsède; on enquête, on fait enquêter... on écrase le menteur sous les preuves (souvent faciles!) on le "confond", on l'humilie...
MAIS
Il y a une pathologie de la franchise, à ce stade. La droiture devient rigide et étouffante!
Ne pourrait-on imaginer une tout autre prise en compte du mensonge de l'autre? Qui ne le détruit pas,ne l'humilie pas, ne ke stigmatise pas, dans son "écart" prétendument moral?
Il faut parvenir à jouir du mensonge de l'autre, à lee considérer avec bienveillance, à la limite supérieure, comme une petite faiblesse, qui mérite toute notre indulgence et toute notre compassion. Qui mérite, si l'on s'est compris - car l'enjeu n'est pas de punir, de régler, de surveiller!
Qui vit sa vie pour exister en tant que flic? À part des malades, des obsédés de l'ordre, des demi-fous intégrés par les instances où leurs compétences inquisitoriales sont recherchées , appréciées -Ah! la terrible spécialisation et le partage des tâches qui peuvent favoriser l'apparition "normale " de ce type de "monstre" (voir la RDA avant la chute du mur! Voir le film sur les écoutes policières...)
Non l'enjeu est de vivre avec, de comprendre, de faire vivre, de faciliter la vie, donc de prendre les choses comme elles sont, la vie comme elle va, de rire de son mal, de prendre les choses avec humour!
Une autre façon,un peu plus "professionnelle" de se comporter avec le menteur et son mensonge, est de prendre celui-ci comme une fiction, un bonne histoire, d'y croire, sans y croire, d'y croire pour la beauté de la fiction, pour savoir que après tout, même ce qu'on croit vérité est peut-être un mensonge inconnu, sans "faute", sans coupable.
Cherchons alors plutôt la vérité des choses, par les sciences, et rappelons , rappelons sans cesse aux mémoires les acquis des sciences, de l'histoire, de toute connaissance... et réfléchissons! et faisons réfléchir.. Mais plus de malédiction, plus d'anathème, plus de fatwa!
La vérité est femme, elle se découvre après de multiples manoeuvres de séduction, d'approche, de tendresse même! Le monde à connaître, le monde du savoir est un domaine où la délicatesse est de mise, le regard léger et profond nécessaire, le sourire polysémique. Et une vérité approchée, découverte ne se dévoile pas pour autant totalement! elle garde souvent un petit cache sexe, ou un petit fichu qui est le signe non pas que la vérité nous cache qq chose, qu'elle nous ment, mais qu'elle nous garde encore de quoi découvrir, que nous devons préserver ce mystère sans mystère, pour la joie du jeu, pour le symbole d'un avenir toujours à affiner dans la connaissance, à approfondir dans la relation à l'AUTRE: la chose, le phénomène ou la personne autre.

Votez pour ce commentaire: 

Laurent MAB a dit : Il y a

Portrait de evema
evema

Laurent MAB a dit :
Il y a toujours en contrepoint de ce type d'article ou de "communication", le présupposé que mentir, c'est mal, que cela mérite enquête et punition ou blâme, reproche, honte etc. Mais l'article commence par qq chose de très intéressant: que l'on ment en moyenne 2 fois par jour! Je ne sais pas comment l'on peut comptabiliser cela, mais il y a là un constat: constat de nécessité! OUI, le mensonge est constamment une nécessité pour chaque MOi. Pourquoi? Pour ME préserver MON indépendance, ma liberté. On n'aime pas le mensonge, donc dans la mesure où il est asocial, met le menteur à l'abri d'une règle ou d'une habitude commune. On n'aime pas le menteur qui vous échappe, à votre "confiance", à votre lien (époux, amis, parents) et qui se glisse hors portée. Que cache-t-il? Et on se stresse; on soupçonne; on imagine; on traque; on s'obsède; on enquête, on fait enquêter... on écrase le menteur sous les preuves (souvent faciles!) on le "confond", on l'humilie... MAIS Il y a une pathologie de la franchise, à ce stade. La droiture devient rigide et étouffante! Ne pourrait-on imaginer une tout autre prise en compte du mensonge de l'autre? Qui ne le détruit pas,ne l'humilie pas, ne ke stigmatise pas, dans son "écart" prétendument moral? Il faut parvenir à jouir du mensonge de l'autre, à lee considérer avec bienveillance, à la limite supérieure, comme une petite faiblesse, qui mérite toute notre indulgence et toute notre compassion. Qui mérite, si l'on s'est compris - car l'enjeu n'est pas de punir, de régler, de surveiller! Qui vit sa vie pour exister en tant que flic? À part des malades, des obsédés de l'ordre, des demi-fous intégrés par les instances où leurs compétences inquisitoriales sont recherchées , appréciées -Ah! la terrible spécialisation et le partage des tâches qui peuvent favoriser l'apparition "normale " de ce type de "monstre" (voir la RDA avant la chute du mur! Voir le film sur les écoutes policières...) Non l'enjeu est de vivre avec, de comprendre, de faire vivre, de faciliter la vie, donc de prendre les choses comme elles sont, la vie comme elle va, de rire de son mal, de prendre les choses avec humour! Une autre façon,un peu plus "professionnelle" de se comporter avec le menteur et son mensonge, est de prendre celui-ci comme une fiction, un bonne histoire, d'y croire, sans y croire, d'y croire pour la beauté de la fiction, pour savoir que après tout, même ce qu'on croit vérité est peut-être un mensonge inconnu, sans "faute", sans coupable. Cherchons alors plutôt la vérité des choses, par les sciences, et rappelons , rappelons sans cesse aux mémoires les acquis des sciences, de l'histoire, de toute connaissance... et réfléchissons! et faisons réfléchir.. Mais plus de malédiction, plus d'anathème, plus de fatwa! La vérité est femme, elle se découvre après de multiples manoeuvres de séduction, d'approche, de tendresse même! Le monde à connaître, le monde du savoir est un domaine où la délicatesse est de mise, le regard léger et profond nécessaire, le sourire polysémique. Et une vérité approchée, découverte ne se dévoile pas pour autant totalement! elle garde souvent un petit cache sexe, ou un petit fichu qui est le signe non pas que la vérité nous cache qq chose, qu'elle nous ment, mais qu'elle nous garde encore de quoi découvrir, que nous devons préserver ce mystère sans mystère, pour la joie du jeu, pour le symbole d'un avenir toujours à affiner dans la connaissance, à approfondir dans la relation à l'AUTRE: la chose, le phénomène ou la personne autre.

A Laurent MAB,

Je pense que vous confondez la connaissance que l'on peut avoir d'un être par ce qu'il peut nous dévoiler de lui, laquelle effectivement peut et doit avoir des limites, et les informations que l'on peut être amené à donner à l'autre dans nos relations quotidiennes plus "pratiques", qui parfois font l'objet de mensonges de la part de certaines personnes, qui effectivement ne souhaitent pas dévoiler la "vérité". Ou bien plutôt la "réalité".

Vivre avec ces personnes est extrêment désorientant, car pour qu'une relation soit saine et enrichissante, elle doit être basée sur des sentiments sincères, sur des échanges sincères, sur du vrai.

J'ai vécu avec quelqu'un qui ne peut jamais dire les choses comme elles se passent vraiment, et il ne pouvait s'en empêcher, et c'était pour des petits détails de la vie courante , cétait extrêment fatiguant pour moi , très frustrant aussi. Non on ne peut pas jouir des mensonge d'un autre, au contraire , c'est très frustrant. Celui qui pense cela est fait pour vivre seul, et est même un peu pervers.

 

 

 

Votez pour ce commentaire: 

Pages