Hypothyroïdie d'Hashimoto : une maladie auto-immune

Hypothyroïdie d'Hashimoto : une maladie auto-immune©iStock

L'hypothyroïdie peut se présenter sous différentes formes. L'une d'entre elles est la thyroïdite de Hashimoto. Cette maladie de la glande thyroïde peut prendre de nombreuses autres appellations, telles que thyroïdite chronique lymphocytaire ou encore thyroïdose involutive de Klotz (ou de Bastenié). Mais quelles sont les origines de cette pathologie de la glande thyroïde et quels sont ses symptômes ?

Publicité
Publicité

Hypothyroïdie d'Hashimoto : une maladie auto-immune

L'hypothyroïdie d'Hashimoto est une thyroïdite (inflammation de la thyroïde) chronique d'origine auto-immune (c'est même la première pathologie à avoir été connue comme étant une maladie auto-immune). Cela signifie que c'est le système immunitaire du patient lui-même qui va s'attaquer à la thyroïde. Dans certains cas, les cellules thyroïdiennes peuvent être purement et simplement détruites, bien que cela ne soit pas systématique. Plus précisément, l'organisme va bloquer la synthèse des hormones T3 et T4 dont la glande thyroïde est en temps normal responsable, ce qui se traduit par une hypothyroïdie.

Publicité

Hypothyroïdie d'Hashimoto : symptômes

L'hypothyroïdie de Hashimoto entraîne les symptômes classiques d'une hypothyroïdie, à savoir une prise de poids, un gonflement du visage et du cou (goitre), une sécheresse de la peau, et de façon générale un ralentissement du métabolisme. Cela se traduit par une importante fatigue mais aussi par un ralentissement de la digestion avec une constipation, une diminution du rythme cardiaque (ce qui entraine une hypotension artérielle). L'hypothyroïdie de Hashimoto est fréquemment accompagnée d'une dépression.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité