Vitamines B1 et B6 : un traitement de l'alcoolisme ?

La consommation excessive d’alcool provoque très souvent un déficit en vitamine B et, plus précisément, en vitamines B1 et B6, deux sous-catégories indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.

Publicité
Publicité

© Istock

Vitamine B1 et alcoolisme, quels liens ?

La vitamine B1, ou thiamine, est indispensable puisqu’elle intervient, notamment, dans le processus permettant l’apport énergétique au niveau du cerveau. Cette vitamine joue ainsi un rôle essentiel de régulateur des fonctions cérébrales et de contrôle du système nerveux. Elle est donc obligatoirement administrée dans le cadre d’un sevrage alcoolique, afin de limiter les risques de séquelles neurologiques de type encéphalopathie de Wernicke. Cette grave atteinte du système nerveux peut, en effet, occasionner d’importants troubles mémoriels et, potentiellement, avoir une issue fatale si elle ne fait pas l’objet de l’administration de vitamine B.

Publicité

Vitamine B6 et alcoolisme, quels liens ?

Publicité

A l’image de la vitamine B1, la vitamine B6 est généralement déficitaire chez les personnes alcooliques. En effet, le foie utilise la vitamine B pour absorber l’alcool et, à ce titre, présente des besoins accrus dans le cadre de la maladie alcoolique. L’organe puise donc dans les faibles réserves du malade. C’est de cette manière que se crée la carence, d’autant plus que de nombreux alcooliques se nourrissent insuffisamment ou de manière déséquilibrée. Ils ne bénéficient par conséquent pas des apports alimentaires quotidiens recommandés. C’est la raison pour laquelle une supplémentation peut être également préconisée lors d’un traitement de l’alcoolisme.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité