Fibrillation auriculaire : quel traitement ?

Comme la tachycardie et la bradycardie, la fibrillation auriculaire est une forme d’arythmie. Caractérisée par un cœur qui bat vite de façon irrégulière, elle constitue le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent. Heureusement, plusieurs traitements existent pour aider le cœur à retrouver une activité normale.

Publicité
Publicité

5185422-inline-500x313.jpg© Istock

Ralentir le cœur, une priorité

Face à une arythmie, en particulier face à un cœur qui s’emballe, le rythme cardiaque doit être stabilisé. Cet objectif peut être atteint grâce aux bêtabloquants et à certains inhibiteurs calciques comme le vérapamil et le diltiazem. Lorsque les résultats attendus ne sont pas obtenus, la pose d’un stimulateur cardiaque (pacemaker) est envisagée.

Risque d’embolie pulmonaire liée à la fibrillation auriculaire

Chez certaines personnes, la fibrillation auriculaire peut entraîner la formation d’un caillot sanguin dans les artères. Ce caillot empêche le sang de bien circuler. Il peut se détacher et se loger dans une artère pulmonaire. On parle alors d’embolie, une complication très grave. Lorsque ce risque est réel, le médecin prescrit un anticoagulant et des antiagrégants plaquettaires. Ces médicaments rendent le sang plus liquide et préviennent la formation des caillots.

Le choc électrique, utile en cas de fibrillation auriculaire

Publicité

Le choc électrique externe est aussi efficace pour ralentir la fréquence cardiaque. Cette technique est utilisée en milieu hospitalier.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité