Sodomie : peut-elle causer des douleurs ?

Certains couples souhaitent s'adonner à la sodomie pour varier leurs rapports sexuels et pimenter leur relation. Or, cette pratique doit être apprivoisée et réalisée avec quelques précautions. La lubrification ainsi que la largeur du pénis jouent un rôle important dans les sensations ressenties.

Publicité
Publicité

5415422-inline-500x333.jpg© Istock

La sodomie et les précautions pour éviter un rapport douloureux

Publicité

Physiologiquement, l'anus n'est pas fait pour être pénétré. C'est pour cela qu'il est vivement conseillé de prendre quelques précautions lorsque l'on souhaite expérimenter la sodomie. Tout d'abord, la femme doit être consentante du début à la fin : si des réticences apparaissent durant les caresses anales, mieux vaut arrêter. Etant très étroit et innervé, l'anus doit être apprivoisé avant d'être pénétré afin d'éviter toute douleur : les caresses et massages avec le doigt sont donc primordiaux pour préparer le terrain, d'autant plus si le pénis est large. Enfin, contrairement au vagin, l'anus n'est pas lubrifié quand vient l'excitation. C'est pourquoi, pour éviter que la sodomie ne soit douloureuse, il est conseillé de se servir d'un lubrifiant à base d'eau, voire de la salive.

La sodomie présente-t-elle des risques ?

Lorsque l'excitation sexuelle est présente et parvient à détendre les sphincters, le rapport n'est généralement pas douloureux. Les complications suite à un rapport anal sont plutôt rares. Elles peuvent en particulier avoir lieu si l'acte est violent ou non consenti. En revanche, des risques d'hémorroïdes ou de fissure anale sont possibles, dus aux allers-retours du pénis et au manque d'élasticité de l'anus. Pour finir, en cas de pathologie anale (crise d'hémorroïdes, fissure anale...), mieux vaut s'abstenir.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité