Herpès génital : la primo-infection herpétique

Publicité

Maladie sexuellement transmissible, l'herpès génital est provoqué par le virus de l’herpès simplex. On parle de primo-infection herpétique pour qualifier le premier contact entre la charge virale et l'organisme. Mais dans les faits, comment se manifeste-t-elle ?

Publicité

© Istock

La primo-infection herpétique, kézako ?

Dans la majorité des cas, le virus de l'herpès simplex pénètre dans l'organisme au cours d'un rapport sexuel avec une personne préalablement contaminée. La voie sexuelle constitue donc le principal mode de transmission de cette maladie récidivante, qui se manifeste sous forme de poussées herpétiques au cours desquelles des vésicules très contagieuses apparaissent. C'est d'ailleurs à ce moment précis que le risque de contagion est le plus élevé, même s'il est possible de contracter le virus en l'absence de signes cliniques apparents.

Publicité
La primo-infection herpétique, quels symptômes ?

Si elle reste souvent silencieuse, la primo-infection peut néanmoins provoquer quelques signes assez caractéristiques. L'apparition de petits boutons emplis d'un liquide translucide en est le premier d'entre eux. Ces vésicules sont généralement regroupées en bouquets au niveau de l'organe génital et sont à l'origine d'intenses démangeaisons, voire même de douleurs et de brûlures, jusqu'à ce qu'elles éclatent et s'assèchent. Elles peuvent également être accompagnées de lésions génitales ou de structures voisines (vulvo-vaginite, ano-rectite, inflammations…) auxquelles s'ajoutent parfois des manifestations plus générales telles que de la fièvre, des douleurs musculaires, des maux de ventre ou encore des céphalées.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité