La vérité sur les médicaments génériques

Le médicament générique n'est JAMAIS la copie conforme de sa spécialité référente. Composition différente, efficacité moindre, réactions allergiques sévères, génériques à éviter… Peut-on continuer d’en prendre sans risque ou faut-il arrêter ? Medisite vous répond avec le Pr Charles-Joël Menkès de l’Académie nationale de médecine.

Publicité

Quelles sont les vraies différences avec un générique ?

différences médicament générique princeps « Le générique n’est pas la copie conforme de la spécialité référente » a déclaré le Pr Charles-Joël Menkès dans son rapport de février 2012.
Publicité
Inquiétante, cette phrase a fait le tour du Web, quelques heures seulement après la publication du fameux rapport.


Qu’est ce qu’un médicament générique ?
Le médicament générique est produit à partir d’un médicament de marque (dit aussi « princeps ») dont le brevet est tombé dans le domaine public. « On a alors le droit de le copier mais cette copie n’est pas obligatoirement strictement identique au médicament de marque », explique le Pr Menkes.


Quelles différences ?

- « Un médicament contient une molécule active et des excipients qui sont destinés à la fabrication et à l’obtention d’un comprimé effervescent, d’une gélule, de sachets en poudre… Le générique ne présente pas obligatoirement les mêmes dosages que le médicament de marque, à part pour la substance active », indique notre interlocuteur.

- Le générique ne contient pas obligatoirement les mêmes excipients que son princeps.

- « Pour avoir la possibilité de fabriquer une copie du médicament princeps, l’industriel doit montrer qu’après absorption du médicament, les quantités de la molécule active retrouvée dans le sang et l’organisme est identique à celle retrouvée après la prise du médicament de référence. C’est ce qu’on appelle la biodisponibilité. Une petite marge de 7 à 8% en plus ou de 7 à 8% en moins est autorisée entre les deux médicaments », indique le spécialiste. Dans son rapport, il rappelle que « la FDA (Agence américaine du médicament) a constaté qu’en 12 ans de pratique et après 2070 mesures, la différence de bioéquivalence entre produit princeps et produit générique ne dépassait pas 10% ».

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité