Publicité
Publicité

En dehors des périodes d’allaitement, le sein ne sécrète pas.

Certaines circonstances particulières pourtant nous amènent à constater un écoulement issu du ou des mamelons (appelé galactorrhée).

Publicité
Il est en général minime, et de coloration variable : transparent, laiteux, sanglant (alors rouge ou marron), jaunâtre ou purulent.

Circonstances de découverte

L’examen systématique du sein pratiqué par le gynécologue, comporte la pression des mamelons, dans le but de rechercher un écoulement anormal.

Parfois, les femmes elles-mêmes, ou leurs partenaires, découvrent l’issue d’un liquide soit après pression des mamelons, soit spontané, tâchant les soutien-gorge.

Quelles en sont les différentes causes ?

Retrouver la cause d’un écoulement de lait est en général assez simple :

Dans l’année qui suit un allaitement, il est classique d’avoir, sans signification pathologique, encore un peu de lait qui peut apparaître si on le recherche en appuyant sur les bouts de seins.

Il faut pourtant s’abstenir de le faire car ce geste empêche le lait de se tarir.

Certains médicaments et en particulier les traitements des troubles nerveux (psychose, dépression), peuvent stimuler la fabrication du lait.

La fabrication du lait dépend de la synthèse d’une hormone, la prolactine, elle-même fabriquée par l’hypophyse, petite glande de la boîte crânienne.

Parfois du fait d’une petite tumeur bénigne en son sein (l’adénome à prolactine), l’hypophyse travaille trop et fabrique trop de prolactine, d’où l’apparition anormale d’une sécrétion de lait.

Cette anomalie décelée et traitée évitera le risque de voir grossir cette glande qui pourrait alors comprimer certaines structures intra crâniennes.

Dans tous les autres types d’écoulements, il pourra s’agir d’une anomalie siégeant sur un sein seulement ou d’une cause infectieuse, d’un polype des canaux galactophores.

Enfin un cancer pourra parfois être révélé de cette façon.

Que faire devant un écoulement ?

Il est impératif bien entendu d’en déterminer la cause.

L’écoulement bilatéral de lait nécessite la recherche d’un allaitement récent, d’une prise de médicament responsable, et un dosage de prolactine.

Si nécessaire l’hypophyse sera explorer par les seuls examens radiologiques le permettant : l’IRM ou le scanner.

L’écoulement unilatéral fera pratiquer une mammographie et une échographie des seins ainsi qu’une analyse du liquide d’écoulement.

Chaque diagnostic retenu permettra un traitement adapté, allant d’un médicament inhibant la sécrétion de prolactine ou traitant une infection, à l’exérèse chirurgicale du canal qui coule.

Pour en savoir plus

Fiche sur l’écoulement du mamelon dans un site consacré aux maladies de la femme

Août 2006

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité