Electroencéphalogramme (EEG)

Publicité

EEG : Intérêt

Cet examen est habituel chaque fois qu’une épilepsie ou un dysfonctionnement de l’activité cérébrale est suspecté.Les indications de l’E.E.G sont très vastes : il peut aider à évaluer certaines pathologies psychiatriques, neurologiques, post-traumatiques et peut être utile dans l’évaluation de la qualité du sommeil et de l’évaluation des comas en milieu de réanimation. Il permet d’apprécier l’activité cérébrale à un moment donné et peut en révéler une anomalie.

Publicité
L’enregistrement se fait grâce à des électrodes placées sur le cuir chevelu et maintenu par une pâte adhésive. En aucun cas, on ne fait passer du courant électrique. On ne fait que recueillir l’activité électrique produite par le cerveau et qui va être amplifiée par l’appareil enregistreur relié aux électrodes. C’est la même technique qui est utilisée lors d’un électrocardiogramme.

EEG : Déroulement de l'examen

Des électrodes de petites tailles sont placées sur le cuir chevelu. Chacune de ces électrodes est reliée par un câble à une machine enregistreuse qui recueille le signal et le transcrit sur un papier déroulant pendant la durée de l’examen : c’est ce papier qui sera interprété par le médecin spécialiste. Pendant cet enregistrement, vous devrez être confortablement installé pour éviter tous les mouvements de contractions musculaires qui pourraient masquer l’activité cérébrale. Pendant l’examen, il vous est demandé de fermer et d’ouvrir les yeux, d’inspirer profondément et de souffler : c’est l’épreuve d’hyperpnée (augmentation de la fréquence et de l'amplitude de la respiration) qui permet de détecter certaines anomalies.

Les nourrissons et les petits enfants doivent être préparés et mis en confiance afin qu’ils puissent s’endormir pendant l’examen. Chez les personnes épileptiques ou suspectes de l’être, on pratique une stimulation lumineuse car certaines crises d’épilepsie peuvent être favorisées par cette stimulation qui sera aussitôt interrompue dès qu’une réponse anormale est enregistrée. Parfois on peut être amené à pratiquer un E.E.G de 24 heures grâce à un enregistreur de petite taille porté à la ceinture. Cet examen peut être réalisé aussi bien à l’hôpital qu’en ambulatoire (à la maison). L’E.E.G ambulatoire nécessite un rapport détaillé des activités du patient.

EEG : Résultats

Les résultats, s’ils sont interprétés indépendamment du contexte clinique et des autres examens demandés, n’ont pas de valeur diagnostique intrinsèque. En effet, un tracé normal ne permet pas d’exclure la possibilité d’une épilepsie. Mais confronté à la clinique (aspects cliniques de symptômes, examens cliniques et biologiques), l’E.E.G permet le plus souvent de poser un diagnostic. Il est utile aussi pour apprécier le retentissement du traitement ou à mesurer les effets d’un réajustement thérapeutique. Mais la règle n°1 est de ne jamais arrêter un traitement habituel avant de réaliser un E.E.G.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité