Alcoolémie

Publicité

Alcoolémie : Intérêt

Le dosage de l’alcool éthylique dans le sang (alcoolémie) évalue le niveau d’une intoxication alcoolique aiguë, soit dans un contexte médical (perte de connaissance, agitation), soit dans un contexte médico-légal (ébriété sur la voie publique, conduite en état d’ivresse, actes délictueux...), chez des sujets dont l’interrogatoire est souvent difficile. Ce dosage est une urgence. L’imprégnation alcoolique sera d’autant mieux évaluée que le délai entre le prélèvement et l’intoxication est court.

Publicité
Alcoolémie : Conditions de prélèvement

Le prélèvement de sang est le seul autorisé par les articles L1 et L3 du code de la route concernant la conduite en état d’ivresse. Il s’effectue par une ponction veineuse, en général au pli du coude. Il faut proscrire la désinfection à l’alcool avant le prélèvement.

Alcoolémie : Résultats

L’alcoolémie est nulle chez les sujets abstinents. En France, l’alcoolémie contraventionnelle est comprise entre 0.5g/l et 0.79g/l de sang, et devient donc un délit à partir de 0.80g/l de sang. En cas d’intoxication alcoolique aiguë, les signes varient beaucoup selon les individus, leur état de santé, leur âge et les médicaments ou un repas éventuellement pris conjointement. D’une manière générale, la valeur mesurée est proportionnelle à la quantité d’alcool absorbée.

Alcoolémie : Risques

Concernant l’aptitude à conduire un véhicule automobile, il est admis que le risque d’accident est doublé lorsque l’alcoolémie est > 0,5 g/l, il est multiplié par 5 à 0,7 g/l, et par 10 au-delà de 0,8 g/l. Chez l’adulte, 7 à 10 g d’alcool éthylique sont « métabolisés » (éliminés) par heure ce qui équivaut à une diminution moyenne des concentrations dans le sang de 0,15 à 0,20 g/heure. Toutefois, cette vitesse de métabolisation varie beaucoup selon les individus. Elle peut être doublée chez l’alcoolique chronique.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité