Publicité
Publicité

En cas d’exposition accidentelle au sang

En France

D’après le Groupe d’Etude des Risques d’Exposition au Sang (GERES), ces accidents professionnels touchent 47% des infirmiers et 22% des laborantins.
La majorité des contaminations est le fait de piqûres et de blessures.

Les contaminations liées aux projections cutanéo-muqueuses sont plus rares.

Le risque de transmission du virus en cas d’exposition percutanée est de 0.32%.

Le risque de transmission du virus en cas de projection sur les muqueuses ou sur la peau lésée est de 0.03%.

Facteurs aggravants

La profondeur de la blessure, la nature creuse de l’aiguille ainsi que son diamètre, la présence de sang visible sur l’aiguille et son utilisation préalable en intraveineuse et en intra-artériel direct sont des facteurs facilitant la transmission du VIH (ou d’autres virus). Pour le VIH, la charge virale (nombre de réplication ARN par ml de sang contaminé) est un paramètre important conditionnant les risques de contamination.

Source : GERES

Quels sont les risques ?

Piqûre accidentelle avec du matériel d’injection ayant servi à un patient séropositif :

Des études sur le personnel de santé exposé à du sang contaminé par le VIH ont permis d’estimer ce risque de 0.18 à 0.46% au cours d’une piqûre accidentelle.
L’importance du risque dépend du volume retenu à l’intérieur du matériel piquant ou tranchant.

Contact entre les plaies d’une main et du sang contaminé :

Un contact avec du sang contaminé sur une plaie non intacte ou une muqueuse représente un risque de l’ordre de 0.4 à 0.18%.

L’utilisation d’un matériel d’injection non désinfecté ayant servi à une personne séropositive puis réutilisée chez une personne séronégative :

Ici le risque est estimé à 0.70%. Les facteurs augmentant le risque sont l’immédiateté de l’utilisation (sans délai).

Pendant combien de temps le virus est-il infectant à l’air extérieur ?

On sait que la durée de vie à l’extérieur dépend du milieu dans lequel il se trouve. Dans du sang séché le virus peut vivre plusieurs jours et rester ainsi infectant.

Lors de l’ingestion d’un aliment contaminé par le sang d’une personne séropositive,
il n’y a pas eu d’évaluation du risque de contamination mais ce risque est sûrement très faible. Toutefois, pour considérer qu’une contamination soit possible par un aliment contaminé, il faudrait imaginer une présence en grande quantité de sang frais immédiatement ingéré. Rappelons aussi que le virus est inactivé par la chaleur (plus de 56° C pendant 30 mn). Le nouveau-né allaité par sa mère séropositive peut être contaminé par le virus par le lait.

Source : GERES association action traitement

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité