Ortie

Ortie©Istock

Les plantes les plus consultées

Les plantes de Juillet

Nom latin: 

Urtica dioïca

Nom(s) vulgaire(s): 

ortie vivace, grande ortie, ortie commune, ortie brûlante, ortie piquante, ortie grièche, ortie gringe.

Famille: 

Lamiacées

Ortie : Propriétés

Les feuilles de l’ortie sont diurétiques. Ses racines présentent des propriétés anti-inflammatoires et stimulent les défenses immunitaires. La plante est aussi reminéralisante car riche en micro-nutriments.

Publicité

Ortie : Histoire

Utilisée autrefois en flagellations contre les rhumatismes, l’ortie était employée par la médecine chinoise sous forme de tisane pour tonifier le sang et les fluides corporels. Les Romains lui prêtaient des vertus aphrodisiaques.

Ortie : Comment la reconnaître?

C’est une plante extrêmement courante qui pousse au bord des fossés, dans les clairières et les décombres. Elle prolifère près des habitations. Elle peut mesurer jusqu’à 1,2 mètre de haut. Elle possède des feuilles de forme ovale, recouvertes de poils urticants. Ses fleurs mâles sont jaunâtres, tandis que les femelles sont dans les tons verts. Son fruit est entre le beige et le brun.

Ortie : Parties utilisées

Les feuilles, les tiges, les racines, les graines.

Ortie : Posologie

EN USAGE EXTERNE


Contre la fatigue et les infections en général

Infusion : faire bouillir une cuil. à soupe de plante dans l’équivalent d’une tasse, 5 min. Laisser infuser 10 min. Filtrer. 3 tasses par jour, 2 mois en hiver et 1 mois au début du printemps, en prévention.
ou
Suspension intégrale de plantes fraîche (SIPF®) : 1 cuil. à café dans un verre d’eau, matin et soir aux repas, 2 mois en hiver et 1 mois au début du printemps, en prévention.

En cas de persistance des symptômes, consultez un médecin.

Ortie : Précautions d'emploi

L’ortie peut provoquer des réactions allergiques et démangeaisons brûlantes en usage prolongé. Sauf avis médical contraire, elle est proscrite en cas de trouble prostatiques. La plante est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 6 ans, en raison du risque de spasme laryngé (contraction du larynx), et chez la femme enceinte ou allaitante.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité