Torticolis musculaire

Torticolis musculaire : Définition

Il suffit souvent d’une mauvaise position prise pendant le sommeil, d’un 'faux mouvement' ou d’un courant d’air pour que l’on se retrouve la tête penchée et bloquée sur le côté. C’est le torticolis musculaire. En cause: une crispation du sternomastoïdien, un gros muscle du cou, qui provoque la rotation de la tête du côté opposé à la contracture.

Publicité
Le torticolis musculaire survient à tout âge mais plus souvent entre 30 et 60 ans. Les femmes y sont plus sujettes que les hommes.

Il existe d’autres torticolis qui peuvent être la conséquence d’une affection grave qu’il importe de découvrir au plus tôt: le torticolis auriculaire de Gellé (irritation du muscle sternomastoïdien due à une lésion de l’oreille comme une otite suppurée), la maladie de Grisel (atteinte de la première vertèbre cervicale), le torticolis spasmodique (spasme des muscles du cou secondaire à l’irritation continuelle du nerf spinal), les spondylodiscites cervicales (malformations d’une vertèbre et d’un disque du rachis cervical), le mal de Pott (tuberculose des disques intervertébraux qui aboutit s’il n’est pas traité à une destruction de ces derniers), les torticolis neurologiques (ex : tumeurs de la partie arrière du cerveau)…

Torticolis musculaire : Causes

Le torticolis résulte d’une crispation du sternomastoïdien, un gros muscle du cou, qui provoque la rotation de la tête du côté opposé à la contracture. Très souvent, le torticolis musculaire est provoqué par une mauvaise position durant le sommeil, un 'faux mouvement' ou un mouvement brutal du cou qui peut déclencher une contracture durant plusieurs jours. Il peut être dû également à un courant d’air prolongé sur la nuque ou un traumatisme violent.

Torticolis musculaire : Symptomes

Les personnes atteintes de torticolis sentent subitement des douleurs au niveau du cou à la rotation, une raideur de la nuque, la tête qui se trouve bloquée dans une position inhabituelle.

Torticolis musculaire : Prévention

Il est possible de le prévenir en se musclant la région cervicale et le dos. Pensez aussi à dormir le plus souvent sur le dos avec un coussin qui maintient la tête droite. Veillez à ne pas maintenir trop longtemps une position peu naturelle pour le cou (dans le cadre de vos activités quotidiennes).

Torticolis musculaire : Examens

Pour diagnostiquer un torticolis musculaire, le médecin se base sur l’observation, la description des symptômes et sur la palpation de la nuque. Il peut poser des questions sur de possibles antécédents de traumatismes ou de problèmes aux cervicales. Il peut proposer en cas de doute une radiographie et un scanner pour rechercher et éliminer toute autre pathologie.

Si le torticolis devient chronique, il est important de consulter car il peut cacher une arthrose cervicale, une infection (staphylocoque…), une hernie discale, une polyarthrite rhumatoïde et d’autres maladies plus graves.

Torticolis musculaire : Traitements

Le repos des vertèbres du cou (rachis cervical) et la chaleur sont la base du traitement. Tentez de limiter les mouvements et appliquez plusieurs fois par jour des compresses chaudes. On peut y associer parfois la prise d’antalgiques (antidouleur), d’anti-inflammatoires et de décontractants.

Torticolis musculaire : Evolution

En général, les symptômes s’estompent en quelques jours. S’ils persistent plus de cinq à six jours, il est important de consulter car ils peuvent révéler une autre maladie. S’il est chronique, il peut être la conséquence d’une arthrose cervicale, une infection (staphylocoque…), une hernie discale, une polyarthrite rhumatoïde, mais aussi d’autres problèmes plus graves.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité