Tendinite

Tendinite : Définition

La tendinite est l’inflammation douloureuse d’un tendon qui relie un muscle à un os.

Publicité
Le plus souvent on appelle abusivement « tendinite » une inflammation douloureuse des ligaments qui soutiennent et encadrent les articulations.

Le cas habituel est la tendinite du genou ou de la cheville qui n’est pas une inflammation des tendons mais bien des ligaments du genou ou de la cheville.

Tendinite : Causes

L’inflammation ligamentaire est le plus souvent due à un surmenage de l’articulation, l’inflammation tendineuse à un surmenage musculaire.

Les loisirs sont aujourd’hui leur cause majeure, talonnée de près par les causes professionnelles. Plus un travail est manuel, plus le surmenage articulaire et musculaire lors de tâches répétitives est fréquent.

On se trouve alors dans une situation inflammatoire mixte qui touche à la fois les tendons des muscles et les ligaments de l’articulation.

Cela concerne aussi souvent les bricoleurs plus ou moins expérimentés.

Tendinite : Symptomes

Elle est liée à un effort récent (et le doute n’effleure personne) ou se réveille comme une vieille douleur bien connue, parfois lors d’une infection.

Les cicatrices tendineuses et ligamentaires antérieures (souvenir de traumatismes et de surmenages anciens mal traités) sont particulièrement rebelles à une guérison totale.


La douleur inflammatoire aiguë est maximale en fin de nuit et le matin.

La douleur mécanique se réveille quand on fait le geste qui tire sur les tendons, et se majore avec la répétition du mouvement douloureux.

Il n’est pas rare d’avoir mal au petit matin dans les premiers jours d’un surmenage, ensuite la douleur devient de plus en plus mécanique, avec des poussées de temps en temps, surtout si l’on force le mouvement qui fait mal.

Typiquement, une « tendinite » du genou qui apparaît après une promenade prolongée ou une partie de tennis est une ligamentite de surmenage à l’effort.

Soit la personne est mal chaussée, soit elle n’était pas assez entraînée, soit elle a continué à faire le geste qui lui faisait mal : le plus souvent toutes ces causes se mêlent.

Tendinite : Examens

L’examen clinique parle clairement, mais il est parfois difficile de distinguer exactement quels tendons et ligaments sont impliqués.

Pour avoir cette précision, le généraliste peut adresser le patient au rhumatologue ou au médecin du sport (les sportifs sont des catalogues de tendino-ligamentites !).

L’échographie donne des indications sur l’état des tendons.

La radiographie ne peut voir les tendons et les ligaments, mais elle montre les remaniements de l’os au niveau de leurs insertions.

Une imagerie par résonance magnétique (IRM) est l’examen de référence lorsque la situation se complique, s’aggrave, ou ne guérit pas comme on l’espère.

Tendinite : Traitements

Le protocole GREC appliqué aux entorses est excellent contre les tendinites, à appliquer tout de suite avant la consultation du médecin :

- G pour glaçage de l’endroit qui fait mal : glaçons dans une vessie (ou sac en plastique) appliquée 24 à 48 heures par périodes de plusieurs heures.

- R pour repos : on met l’articulation au repos et/ou les muscles concernés, le plus souvent au moins 7 jours ; 10 à 15 jours quand la situation est sévère.

- E pour élévation (surélévation) du membre concerné car cela évite le gonflement inflammatoire quand la situation est sévère, le drainage se fait avec la gravité, de jour et surtout de nuit. Par exemple, allonger la jambe pour une tendinite du genou.

- C pour contention. Une attelle maintient l’articulation ou le muscle pour empêcher le mouvement douloureux : les bandes élastiques (collantes ou pas) sont à poser par un médecin (ou un kinésithérapeute).

Pas toujours facile à mettre en œuvre au quotidien, ce protocole reste le meilleur pour cicatriser. Mais il peut s’associer à la prescription et la prise d’anti-inflammatoires (dont l’aspirine), traitement médicamenteux de référence.

Tendinite : Evolution

Les tendino-ligamentites négligées deviennent chroniques. Elles durent et ne guérissent pas complètement. Ou se réveillent au moindre mouvement prolongé.

A chaque réveil douloureux, le repos nécessaire pour cicatriser est plus long, et paraît encore plus impossible à atteindre !

La situation peut traîner des années, limitant les mouvements douloureux. Chez les professionnels cela peut finir en catastrophe et nécessiter des arrêts de travail prolongés et des reconversions.

Citons, par exemple, les tendinites des dactylographes et de toute personne tapant au clavier d’ordinateur à longueur de temps.

Que devez-vous faire ?

Le bon sens prévaut. Arrêter les gestes qui font mal, changer de matériel (chaussures, clavier) pour d’autres outils plus ergonomiques, réviser les gestes mal faits, laisser du temps à un tendon ou un ligament inflammé de se cicatriser.

La consultation du médecin encourage à bien suivre le traitement dans la durée.

La décision est plus difficile quand elle engage la profession mais on ne peut y échapper au risque de figer la situation dans la chronicité.

Pour en savoir plus : Fiche sur la tendinite sur un site consacré aux pathologies du genou

Septembre 2006

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité