Surdité

Surdité : Définition

La surdité se définit par l’altération quantitative et qualitative de la perception des sons. Elle est associée fréquemment à des acouphènes (bruits anormaux entendus uniquement par le patient), et des sensations de vertiges. Ces sensations peuvent être liées au vieillissement du vestibule (partie de l’oreille interne qui renseigne sur la position de la tête dans l’espace) mais également aux atteintes neurologiques de la sénescence.

Publicité
Surdité : Symptomes

Les conséquences de la surdité dépendent surtout de sa profondeur. Les déficits modérés se traduisent surtout par une perte de compréhension de la parole dans le bruit. Les surdités sévères voir profondes perturbent considérablement la perception de la voix, rendant la communication difficile. Dans tous les cas peuvent survenir des acouphènes ou une hyperacousie ( hypersensibilité aux sons forts).

Surdité : Examens

Devant une gêne auditive, l’examen s’attache à confirmer et quantifier la surdité par l’audiométrie d’une part, en rechercher la cause d’autre part.
La plupart des déficiences auditives sont liées au vieillissement, parfois accéléré par une exposition chronique au bruit. L’origine génétique représente également une cause fréquente.
La plupart des déficiences auditives sont liées au vieillissement, parfois accéléré par une exposition chronique au bruit. L’origine génétique représente également une cause fréquente. Les traumatismes crâniens, infections (otites, méningites), tumeur kystique du nerf auditif(neurinome) sont d’autres causes d’atteinte auditive

Surdité : Traitements

Les traitements visent soit à ralentir l’évolution naturelle du vieillissement de l’oreille soit à palier à ce déficit par une prothèse.
Le traitement médical vise surtout à corriger les troubles du métabolisme (diabète, augmentation du taux de cholestérol) qui peuvent aggraver la surdité.
Les autres médicaments : vasodilatateurs, anti-sérotoninergiques, alpha-bloquants, dopaminergiques, antiagrégants... ont une efficacité difficile à mettre en évidence. Ils peuvent donner de bons résultats à l’échelle individuelle.
Le port d’aides auditives est fonction de la gêne et de la demande du patient et de son entourage. Il nécessite un bilan audiométrique complet réalisé par un audioprothésiste.
Leur adaptation peut être délicate et nécessiter plusieurs semaines de réglage et d’essai.
L’appareillage des deux oreilles (binaurale) apporte un confort supérieur, mais génère un coût élevé. Le suivi audio prothétique doit être régulier et attentif. Plus l’appareillage est précoce, meilleur est le résultat.
Enfin, la miniaturisation des systèmes d’appareillage permet actuellement de réaliser des prothèses invisibles.
Que devez-vous faire ?
Éviter autant que possible d’aggraver encore l’audition par des traumatismes acoustiques (bruits violents).
Corriger les anomalies métaboliques associées avec le traitement et la surveillance du diabète ou des anomalies du taux de cholestérol.
Toujours essayer les prothèses auditives avant de les acheter et ne pas attendre que le déficit auditif soit trop important pour adopter une prothèse.

Surdité : Evolution

L’évolution se fait généralement vers l’aggravation lente et progressive de l’audition.
Parfois la gène est mineure malgré un déficit auditif important si celui-ci ne touche que certaines fréquences.

Remerciements à la JNA.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité