Paludisme

Paludisme : Définition

Aussi appelé 'malaria', le paludisme est une maladie parasitaire potentiellement mortelle transmise par des moustiques. A l'origine, on pensait que le paludisme provenait des zones marécageuses, d'où son nom dérivé du mot ancien 'palud', marais. En 1880, des scientifiques découvrent la véritable cause: un parasite unicellulaire, le 'plasmodium', qui se transmet d'une personne à une autre par les piqûres de certains moustiques, les anophèles. Il existe quatre types de paludisme humain: plasmodium vivax, falciparum, malariae et ovale. Les deux premiers sont les plus courants. L’un d’entre eux, le Psalmodium falciparum peut entraîner la mort.

Publicité
Actuellement, 40% de la population mondiale habitants les pays les plus pauvres y est exposé. La maladie touche les régions tropicales et subtropicales (exceptées les zones désertiques et hautes montagnes). Elle est responsable chaque année de plus de 300 millions de cas de maladie aiguë et d'au moins un million de décès. En zone d’endémie (pays touchés en permanence), les adultes développent une immunité partielle, appelée 'prémunition'. Les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées (atteintes du Sida par exemple) restent vulnérables.

En France, la malaria importée représente 7 000 cas chaque année et environ vingt décès. Ces chiffres sont liés à la mauvaise observance de la prophylaxie (traitement préventif) par les voyageurs. Dans 98% des cas, la contamination a lieu en Afrique.

Paludisme : Causes

Le parasite du paludisme, le 'plasmodium', pénètre dans l'organisme humain lorsqu'un moustique anophèle (une espèce vivant dans les zones tropicales et subtropicales) femelle contaminé fait un repas de sang. Une fois à l’intérieur du corps, le parasite procède à une série de transformations, qui lui permet d’échapper au système immunitaire. Il contamine ainsi le foie puis se développe dans les globules rouges. Ces derniers finissent par éclater, libérant ainsi le parasite, et une substance, l'hémozoine, qui provoque les accès de fièvre.

Paludisme : Symptomes

Les symptômes apparaissent en général entre 9 et 14 jours après la piqûre du moustique infecté, mais peuvent survenir bien plus tard. Lorsque les parasites commencent à gagner le sang et à s’y multiplier, une fièvre modérée (38°C-38°5C) et des troubles digestifs apparaissent. En l’absence de traitement, la maladie peut évoluer vers des accès palustres rythmés (accès fébriles particuliers parfois tous les deux jours). Ces accès frappent souvent le soir et se déroulent en trois phases: la personne éprouve des frissons pendant plusieurs heures et n’arrive pas à se réchauffer. S’ensuit une montée de fièvre jusqu’à 40°5C avec des maux de tête et pour finir des sueurs qui annoncent la fin de l’accès palustre.

Paludisme : Prévention

Les moustiques piquent pendant la nuit. Evitez les habitations à proximité d’eaux stagnantes en zone tropicales et subtropicales. A l’intérieur, utilisez des diffuseurs d’insecticides et imprégnez en vos vêtements. Pensez à emporter avec vous une moustiquaire que vous imprégnerez aussi d'insecticide. Climatisez si possible la chambre, car le froid ralentit l’activité de ces insectes. A l’extérieur, à la tombée de la nuit, portez des vêtements à manches longues, des pantalons longs et des chaussettes. Pensez également à suivre un traitement préventif (prophylaxie) contre le paludisme.

Il est hautement recommandé de ne jamais emmener de nourrissons ou de jeunes enfants dans une zone impaludée. Le risque mortel étant trop important.

Paludisme : Examens

Le diagnostic du paludisme est réalisé à partir d’une goutte de sang ('goutte épaisse' ou 'frottis sanguin') qui est étalée sur une lame, puis examinée au microscope.

La technique de la goutte épaisse permet de détecter un paludisme même si le taux de parasites est faible, comme chez une personne sous traitement préventif ayant été infectée par des souches résistances à certains médicaments.

Le frottis met en évidence l’espèce de plasmodium (parasite du paludisme) qui est en cause. Connaître l’espèce (il y en a 4), permet de juger la gravité de la maladie. L’infection au 'plasmodium falciparum' peut donner des complications très graves, voire mortelles.

Ces examens sont pratiqués en urgence, au moment d’un pic de fièvre, et sont réalisés avant tout traitement anti-paludéen. Les résultats sont donnés dans l’heure qui suit le prélèvement sanguin. D’autres méthodes plus récentes sont proposées comme des tests à la bandelette. Elles sont néanmoins moins précises.

Paludisme : Traitements

Pour les expatriés et les voyageurs, le traitement repose sur la prise préventive de certains médicaments sur ordonnance. Il se prend durant la durée du séjour en zone endémique et se poursuit quatre semaines après le retour. Il n’assure pas une protection totale mais réduit considérablement le risque de développer la maladie et ses complications. Le choix du traitement est compliqué, car depuis plusieurs années, le parasite développe de plus en plus de résistance. D’après l’OMS, trois zones ont été déterminées, en fonction de la fréquence et de l’importance des résistances aux traitements.

Pour les pays du groupe I: (sans chloroquinorésistance), on conseille la chloroquine (Nivaquine®).

Pour les pays du groupe II: (zone de chloroquinorésistance), deux molécules sont associées: la chloroquine (Nivaquine®) et la proguanil (Savarine®).

Pour les pays du groupe III: (zone de chloroquinorésistance élevée ou de multirésistances), on propose la méfloquine (Lariam®). En cas d’accès de fièvre, consultez au plus vite pour une prise en charge hospitalière. Le malade est traité par quinine en perfusion intraveineuse. Lorsque les traitements sont appropriés et la prise en charge rapide, la guérison est possible.

Voir carte des zones à risque.

Paludisme : Evolution

Sans traitement approprié, le paludisme peut tuer en contaminant et détruisant les globules rouges (anémie sévère) et en bloquant les vaisseaux sanguins qui véhiculent le sang jusqu'au cerveau et aux organes vitaux (coma, convulsions, œdème pulmonaire, insuffisance rénale, hémorragies…). Il est important pour toute personne malade (fièvre et troubles digestifs) ayant séjourné dans une zone endémique récemment, de consulter un médecin.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité