Neuropathie

Neuropathie

Neuropathie : Définition

La neuropathie est le terme médical utilisé pour décrire une détérioration ou une inflammation des nerfs périphériques. Ceux-ci transportent l’information entre le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et le reste du corps. Dans le cas d’une neuropathie, les nerfs perdent leur capacité à envoyer des signaux à travers l’organisme comme ils devraient le faire. Leur dégradation peut donner des troubles moteurs (des difficultés à faire certains mouvements) ou des troubles sensitifs (insensibilité, douleur, sensations de fourmillements, l’impression de marcher dans du coton…), des troubles de la trophicité (l’influx nerveux qui permet à la zone de vivre, de se régénérer, de cicatriser) se fait mal, notamment au niveau des pieds, des jambes et des mains. Les neuropathies sont fréquemment à l’origine de certaines amputations au niveau des membres inférieurs, notamment chez les diabétiques. La lésion apparaît à cause des troubles de la trophicité et s’aggrave sans que l’on s’en aperçoive car il ne sent pas la douleur. Les dommages provoqués à un seul nerf sont appelés 'mononeuropathie' et ceux à un grand nombre de nerfs, 'polyneuropathie'. Certaines d’entre elles peuvent être responsables d’un handicap sévère avec une diminution importante de l’autonomie.

Publicité

La neuropathie est une complication du diabète. Plus le diabète avance, plus la neuropathie est fréquente avec une personne diabétique sur deux touchées après 25 ans de maladie.

Neuropathie : Causes

- La neuropathie a de nombreuses causes, dont le diabète, l’alcoolisme, le cancer, des infections comme le zona ou la maladie de Lyme, une carence en vitamine B, une amylose (dépôt de protéines dans plusieurs zones de l’organisme), une exposition à des produits chimiques dangereux (plomb, métaux lourds en général, arsenic…) ou médicamenteux (l’antibiotique isoniazide, excès de vitamines, certains anticancéreux).

- Les mononeuropathies (un seul nerf touché) sont généralement provoquées par une pression exercée sur un nerf situé immédiatement sous la peau, comme une répétition à de multiples reprises du même mouvement. Coude, poignet, épaule ou genou sont les plus touchés. Les lésions sont plus communément appelées: syndrome du canal carpien, paralysie du nerf radial, tibial ou cubital.

- Le VIH, l’hypothyroïdie (trouble hormonal provoqué par le fonctionnement anormal de la glande thyroïde), le syndrome de Guillain-Barré, certaines porphyries (maladies génétiques) peuvent également entraîner une neuropathie.

Les causes étant nombreuses, la liste n’est pas exhaustive.

Neuropathie : Symptomes

Ils sont variables dans la topographie et la spécificité des troubles selon le type de neuropathie.

Il peut s’agir de signes sensitifs comme un léger picotement n’importe où sur le corps qui s’aggrave avec le temps jusqu’à ce que la région touchée devienne insensible. Il peut aussi s’agir de picotements, de sensations de décharges électriques, de difficulté à percevoir le chaud ou le froid, d’hypoesthésie (sensations amoindries), ou d’anesthésie (quand les nerfs sont très abîmés). Ce sont des troubles potentiellement graves, étant donné qu’une lésion peut survenir sans que la personne la perçoive.

Il peut s’agir également de troubles moteurs avec une difficulté à contracter les muscles volontaires allant de la légère difficulté à la paralysie.

Il peut s’agir encore, de troubles trophiques, gonflements, teinte bleuté de la peau (mal oxygénée), peut sèche, amincie…

Si les nerfs qui commandent les fonctions automatiques du corps sont atteints, et touchent les fonctions urinaire ou intestinale la personne atteinte peut alors présenter une constipation, des diarrhées, des difficultés d’érection. Les nerfs touchés peuvent aussi concerner les vaisseaux ou le cœur et entraîner des troubles du rythme cardiaque ou des chutes de tension.

Neuropathie : Prévention

On peut prévenir les mononeuropathies en évitant les mouvements répétitifs susceptibles d’exercer une pression sur les nerfs. Les personnes qui se servent d’un ordinateur toute la journée devraient ajuster au mieux l’angle de leur clavier pour ne pas laisser leurs poignets en hyperextension.

Si des sensations anormales apparaissent dans les mains, les jambes ou les pieds au cours d’un traitement médicamenteux, il est préférable d’en parler rapidement à son médecin. Après l’arrêt du traitement, les symptômes diminuent et finissent par disparaître.

Neuropathie : Examens

Il est important de déterminer la cause de la neuropathie. Le diagnostic se réalise à partir de l’ensemble des symptômes et d’un examen neurologique, l’électromyographie. Il s’agit d’une technique, à l’aide de petites aiguilles plantées dans un muscle, qui permet de mesurer l’activité électrique des nerfs. Les personnes qui souffrent de neuropathie présentent une activité électrique anormale en raison des nerfs endommagés.

Des analyses sanguines et urinaires complètent l’examen et peuvent révéler si le trouble découle du diabète, d’une carence en vitamine, d’un empoisonnement en métaux lourds, un cancer…

Cependant, aucune des analyses ne peut diagnostiquer le syndrome de Guillain-Barré. Lorsque cette maladie est suspectée, on tente d’éliminer les autres troubles possibles.

Neuropathie : Traitements

- Pour la mononeuropathie (un seul nerf touché comme dans le syndrome du canal carpien), il est important d’éliminer la pression sur le nerf endommagé. On utilise la physiothérapie (changer les habitudes en donnant des conseils) pour éviter les causes de pression. Sans résultat, des injections de corticoïdes ou la chirurgie sont pratiquées.

- Les polyneuropathies sont traitées différemment. Certaines peuvent s’améliorer avec un apport en vitamines B, d’autres avec des médicaments. Tout dépend de la cause.

Par exemple, le traitement de la neuropathie du diabétique repose sur l'équilibre glycémique. En limitant les hypoglycémies, on peut corriger et prévenir les complications. Le retour à l'équilibre glycémique contribue à stabiliser l'atteinte des nerfs, et à améliorer la conduction nerveuse et la sensibilité.

Les causes étant variables et les traitements très différents, la liste ici n’est pas exhaustive.

Neuropathie : Evolution

Tout dépend des causes de la maladie. Si l’évolution d’une neuropathie diabétique ralentit dans un cas sur deux suite à un suivi régulier de la glycémie, d’autres sont plus graves comme la neuropathie amyloïde (due à une amylose, des dépôts de protéines dans plusieurs zones de l’organisme)…

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité