MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles)

MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Définition

Appelées aussi maladies vénériennes ou infections sexuellement transmissibles (IST), les maladies sexuellement transmissibles (MST) désignent des maladies transmises lors de rapports sexuels. Autrefois dominées par la syphilis et la blennorragie, les MST concernent aujourd’hui de nombreux autres germes, virus, champignons et même parasites. On parle également de MST lorsque l’infection touche la zone buccale et la région anale.

Publicité
MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Causes

Les MST sont causées par des infections diverses contractées au cours de rapports sexuels non protégés par un préservatif ou avec des partenaires multiples. Une plaie des muqueuses favorise la contamination.

MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Symptomes

Les MST et IST se caractérisent en général chez l’homme par une urétrite purulente, et chez la femme par des écoulements, des douleurs pelviennes, de la fièvre, des pertes blanches et/ou des saignements. Les MST et IST peuvent aussi se manifester par des brûlures intenses, des vésicules suintantes, et des petites ulcérations en cas d’herpès, des verrues de 2 à 3 mm en cas de papillomes ou condylomes, un ganglion et un ulcère en cas de chancre mou (très rare en Europe), ou encore des morpions en cas de phtiriases inguinales.

MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Prévention

Le préservatif est le seul rempart efficace. En cas d’apparition de signes évocateurs, vous devez avertir votre partenaire de l’existence d’une possible MST afin qu’il puisse consulter un médecin au plus vite et se protéger lors de rapports sexuels ultérieurs.

MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Examens

Un recueil de l’écoulement urétral, un prélèvement du tissu génital infecté et dans certains cas un examen d’urine ou un examen sanguin permettent de mettre en évidence l’agent responsable de la MST.

MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Traitements

Les gonococcies, le chancre mou, les chlamydiae, les mycoplasmes, la donovanose et la syphillis sont du ressort des antibiotiques. Les condylomes acuminés peuvent être traités par l’application d’azote liquide ou par électrocoagulation. On traite les candidoses par des antifongiques. On peut détruire les poux et les trichomonas par des médicaments antiparasitaires. La plupart des MST guérissent rapidement lorsque le traitement est précoce, d’où l’intérêt de consulter rapidement son médecin traitant, un gynécologue ou un dermatologue.

MST (Maladies sexuellement transmissibles) - IST (Infections sexuellement transmissibles) : Evolution

- Chez la femme, une MST 'silencieuse' à chlamydiae ou à gonocoques, non traitée ou trop tardivement, peut évoluer vers une salpingite préjudiciable à une grossesse normale ou responsable d’une stérilité ultérieure.
- Chez l’homme, une infection prostatique, oculaire, articulaire ou testiculaire (orchi-épididymite) peut compliquer une gonococcie. Dans ce dernier cas, des douleurs scrotales et une fièvre importante permettent d’orienter le diagnostic. Une septicémie est toujours possible.
- Les condylomes acuminés augmentent le risque de survenue d’un cancer.
- L’hépatite virale peut toucher gravement le foie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité